Joe Dassin

La liste: 5 chansons pour en finir avec l’automne

1. L’été indien (Joe Dassin) Le plus grand succès de la carrière de Joe Dassin, paru en 1975, qui aborde au gré d’un parlé-chanté cette saison de toutes les couleurs «qui n’existe que dans le nord de l’Amérique». Par la bande, Dassin a également contribué à faire connaître au plus grand nombre les aquarelles de Marie Laurencin… Normand Provencher

2. Wake Me Up When September Ends (Green Day) Chanson mélancolique par excellence, Wake Me Up… est à la fois une métaphore sur l’innocence perdue (l’été) et sur le deuil d’un proche — Billie Joe Armstrong l’a écrite à propos de la mort de son père. Une des plus belles complaintes du XXIe siècle, avec une profonde résonance. À écouter au chaud pour défier le temps maussade.  Éric Moreault

3. C’est en septembre (Gilbert Bécaud)  Sans doute l’une des plus belles chansons jamais composées sur le mois qui marque l’arrivée de l’automne. Gilbert Bécaud décrit avec une touchante émotion la transformation de son coin de pays, en bordure de mer, «alors que la plage tremble sous l’ombre d’un automne débronzé». C’est si bien dit. Normand Provencher

Gilbert Bécaud

4. Toune d’automne (Les Cowboys Fringants)  Dans ce classique des classiques des Cowboys Fringants, immortalisé sur l’album Break syndical, il est question des retrouvailles entre un frère et sa sœur, partie «chercher le bonheur» dans un «trip au Canada». Une poésie du quotidien et des vers chargés d’affection: «Anyway, j’suis content que tu r’viennes, t’arrives en même temps que l’automne; t’sais qu’ça m’a fait ben d’la peine, de t’voir partir ma mignonne...»  Geneviève Bouchard

5. Verlaine (Charles Trenet)  Au tournant des années 40, Charles Trenet a mis en musique Chanson d’automne, l’un des plus célèbres poèmes de Paul Verlaine. Un texte qui a notamment été repris par Georges Brassens, Léo Ferré… et des stratèges militaires: en juin 1944, les vers «Les sanglots longs des violons de l’automne/Blessent mon cœur d’une langueur monotone» ont été utilisés sur les ondes de Radio Londres comme message codé pour annoncer le débarquement de Normandie. Geneviève Bouchard