Née à Marseille et habitant aujourd’hui à Paris, Françoise Nielly s’est lancée en arts visuels il y a une vingtaine d’années, après une carrière en publicité.

La galerie Perreault se trouve une nouvelle Corno

Moins de deux ans après le décès de Corno, Roch-André Perreault a trouvé une artiste qu’il juge digne de mettre en tête d’affiche. Les visages aux couleurs pop et la cote de la Française Françoise Nielly l’ont convaincu.

«C’est un bouquet de couleurs», illustre le galeriste, qui n’hésite pas à donner l’étiquette «haut de gamme» à la production de sa nouvelle vedette, qui est présente dans une quinzaine de galeries en France, à Londres, à Barcelone et à Tokyo.

Depuis un an, il avait quelques toiles de l’artiste en réserve, mais l’opportunité de présenter un corpus plus substantiel ne s’est présentée que cet été. Vingt-six toiles, de 80X80 cm à 120X120 cm, se détaillant entre 12 500 $ et 25 500 $ sont déployées dans la galerie Perreault. Deux ont déjà été vendues en prévente, selon le site de la galerie.

Che Guevara selon Françoise Nielly

Andy Warhol, Angelina Jolie, Audrey Hepburn (trois fois plutôt qu’une), David Bowie, Liz Taylor ou encore Rodolfo nous observent d’un regard intense, légèrement blasé. Devant Che Guevara, la peintre lance: «Ce jour-là, j’étais révolutionnaire. Je me suis lâchée. Je crois que c’était un lundi.»

Les visages sont composés d’aplats de couleurs vibrantes — turquoise, rose, jaune fluo, bleu nuit — appliqués à l’aide de grandes spatules. Chaque teinte de peinture à l’huile et chaque couteau (jusqu’à 50 par toile) doivent être d’une propreté absolue pour que l’effet soit réussi. Mme Nielly emploie donc une assistante pour préparer couleurs et ustensiles, mais réalise chacune de ses toiles elle-même.

«Dans un visage, il y a des perspectives partout, l’œil, le nez, les traits. C’est une structure complexe, explique l’artiste. Beaucoup de gens essaient de me copier, mais ça ne fonctionne pas. Cet équilibre, il faut le porter en soi.»

Mme Nielly, qui est née à Marseille et qui habite Paris, s’est lancée en arts visuels il y a une vingtaine d’années, après une carrière en publicité. Ses œuvres lui ont valu de collaborer avec Givenchy, la marque de vernis à ongles Orly, la compagnie de planches à neige Snowboard Giants Burton, la marque de voitures Citroën, le fabriquant de condoms ONE… Deux de ses œuvres seront d’ailleurs reproduites sur des voitures Porsche et se baladeront dans les rues de Québec au cours des prochaines semaines.

Le vernissage aura lieu mercredi de 17h à 19h, au 205 rue Saint-Paul. L’artiste sera aussi présente à la galerie samedi et dimanche de 14h à 16h. L’exposition se poursuit jusqu’au 31 août.