Si on a déjà eu l'occasion de reprocher à Marc Dupré une surabondance de reprises en spectacle, force est d'admettre que sa formule «party du temps des Fêtes» fonctionne...

La festive revanche de Marc Dupré

CRITIQUE / Alors que son métier l'amène à travailler souvent seul dans son studio, Marc Dupré n'avait selon ses dires jamais vraiment vécu de party de bureau. Pour une deuxième année, il s'offre une festive revanche sur la scène du Capitole. Et il ne perd pas de temps à y mettre la gomme.
Une immense boule disco (qui a, semble-t-il, appartenu à Céline Dion), des explosions de serpentins et des confettis, des danseurs, une chorale... Dès le troisième titre au programme (Can't Stop the Feeling de Justin Timberlake), Dupré avait déjà sorti les gros canons. 
Avec cette résidence de spectacles qui attire, nous dit-on, justement plusieurs partys de bureau, l'intention est claire : on n'est pas là pour la découverte, mais bien pour courtiser le plus grand nombre et faire danser. Si on a déjà eu l'occasion de reprocher à Marc Dupré une surabondance de reprises en spectacle, force est d'admettre que dans cette formule «party du temps des Fêtes» autoproclamée, la recette fonctionne... Et que ce sont le plus souvent les relectures qui ont incité les spectateurs à quitter leur siège. 
Le pouvoir de La voix
On mise ici sur le grand pouvoir d'attraction du populaire concours télévisé La voix. La tête d'affiche et ses invités (Alex Nevsky, Jérôme Couture, Geneviève Leclerc et Yvan Pedneault) ont tous été vus à l'émission millionnaire en cotes d'écoute. 
Sur quelque 35 titres au programme dans ce feu roulant ancré dans les variétés (on a droit à quelques imitations et à des monologues humoristiques), Marc Dupré se réserve une dizaine de pièces de son répertoire (dont Ton départ, sacrée chanson de l'année au dernier gala de l'ADISQ et livrée dans un tapis de fumée). 
L'hôte de la soirée a aussi offert des vitrines aux créations de ses confrères Jérôme Couture et Alex Nevsky (qui a chanté On leur a fait croire sous une pluie de ballons).
Pour le reste, on a ratissé large dans le répertoire : entre un festif clin d'oeil à Mark Ronson et Bruno Mars (Uptown Funk) et un détour chez Serge Lama (Je suis malade) qui aurait bien pu définitivement casser le party (mais qui a valu à Geneviève Leclerc une ovation), Dupré et ses complices font fi des tons et des époques, tant que le public reste dans le coup. Quitte à aller le chercher dans la salle : la visite du côté de Queen menée par Yvan Pedneault a donné lieu à un bain de foule où Marc Dupré et Jérôme Couture ont distribué les high five et les câlins, pour le plus grand bonheur des fans. 
Marc Dupré et ses invités se sont installés au Capitole la semaine dernière pour une résidence qui doit se poursuivre jusqu'au 6 janvier (deux supplémentaires ont été ajoutées aux 15 représentations prévues initialement). Une mouture spéciale du concert - présentée sans Alex Nevsky, toutefois - sera offerte dès 22h le 31 décembre pour ceux qui souhaiteraient défoncer l'année au Capitole.  
David Paradis
David Paradis, qui a fait partie de l'équipe de Marc Dupré lors de la troisième saison de La voix, se charge une nouvelle fois d'ouvrir la marche pour son ancien coach pendant cette série de spectacles. Il a donné le ton mercredi soir en livrant un bouquet de reprises variées, empruntant à Phillip Phillips, Sia, Milky Chance, Patrice Michaud, Robert Charlebois, Marjo ou Pagliaro. Une prestation énergique et sympathique qui ne casse rien au chapitre de l'originalité, mais qui remplit très bien son mandat de réchauffer la foule. Pas de doute, le musicien en a vu d'autres sur la route des chansonniers.