Armée de sa guitare et entourée de quatre musiciens, Maude Audet a livré son folk mélodieux avec aplomb, devant une foule chaleureuse et attentive, malgré l’apathie caniculaire.

La douce fougue de Maude Audet

CRITIQUE / À 18h30, au Cœur du FEQ, on espérait que Maude Audet avait pris le temps d’appliquer un masque de crème solaire, tant le soleil plombait fort sur scène. «C’est vraiment extrême, quand je viens au Festival. La dernière fois il pleuvait, alors cette fois-ci j’ai souhaité très fort avoir du soleil, et voilà, j’ai une canicule!» On sait maintenant qui blâmer…

Armée de sa guitare et entourée de quatre musiciens, la belle vaillante a livré son folk mélodieux avec aplomb, devant une foule chaleureuse et attentive, malgré l’apathie caniculaire. Quand les rimes scandées venues des Plaines ont commencées à se faire entendre, Maude a montré qu’elle était capable de monter le volume, avec quelques chansons plus rock. 

Entre les morceaux, on s’est fait parler du temps qui passe trop vite, du deuil et du Québec plus métissé maintenant qu’à Charlesbourg en 1996. «Pour ceux qui ne me connaissent pas, vous connaissez la prochaine chanson», a lancé Maude Audet avant de reprendre, en français, le hit grunge Smells Like Teen Spirit de Nirvana, qu’elle a délicieusement mis à sa main. 

On pourra la revoir au Festif! de Baie Saint-Paul, le 21 juillet.

La grand-messe de St.Paul

Drapé dans une cape brillante, comme le prédicateur qu’il rêvait d’être avant d’amorcer une carrière musicale, Paul Janeway a lancé la prestation de St. Paul and the Broken Bones, puis a dirigé une grand-messe soul ondoyante.

Le groupe de l’Alabama a un talent pour créer des ambiances qui donnent envie de se déhancher en faisant des moues convaincues. Les arrangements musicaux organiques, avec une section de cuivres malheureusement un peu croche par moments, sont groovy à souhait. Mais c’est la voix de Paul Janeway qui subjugue. «Fermez les yeux et vous imaginerez quelqu’un qui ressemble à Otis Redding. Ouvrez-les et vous aurez l’impression de voir un employé de votre caisse», illustre NPR Music, qui n’est pas très loin de la vérité. 

Ils seront au Ottawa Bluesfest aujourd’hui (vendredi) à 19h et lanceront un nouvel album le 7 septembre.

La diva funky

Avec ses cheveux bleu électrique et sa robe à rayures multicolores, Hannah Williams (et The Affirmations) mérite pleinement l’épithète «funky», qu’elle aime accoler à son statut de diva soul. Sa voix d’une puissance saisissante avale toute la scène. La Britannique a multiplié les «merci à toi!», visiblement ravie de son premier séjour au Canada. Si vous l’avez manquée, on vous suggère d’aller écouter Woman Got Soul, une de ses bonnes pièces dans un répertoire qui pourrait avoir un peu plus d’audace.