Le groupe La chicane, s'est reformé cette année pour souligner ses 20 ans, monte sur la scène du parc de la Francophonie ce dimanche, à 20h.

La Chicane: rendre hommage aux «tounes»

Après une décennie d'absence, le groupe La Chicane s'est reformé cette année pour souligner ses 20 ans. Quelques heures avant le concert que sa formation doit offrir dimanche au parc de la Francophonie, le chanteur Boom Desjardins a accueilli Le Soleil dans le VR qu'il conduit lui-même aux quatre coins du Québec pour cette tournée estivale.
Q  Est-ce que c'est vraiment la «dernière chicane» pour vous, comme le dit le titre de la tournée?
R  Ça s'appelle comme ça, en tout cas. Ce n'était pas pour dire : «prenez-le là parce que vous ne l'aurez plus». Mais je ne pense pas que La Chicane, ce show-là, on retourne dans toutes ces régions. On commence à être pas mal booké pour l'année prochaine. Et il y a aussi une tournée canadienne qui est en train de se dessiner, dans la francophonie, ce qu'on n'a jamais fait. C'est quelque chose de particulier qui se détache de nos carrières. Ça serait plate que ça s'étire des années. Qu'est-ce qui se passera après? On fera peut-être quelque chose ensemble. Mais ce n'est pas le but. Là, le but, c'est de rendre hommage à ces tounes-là. Si on est là encore aujourd'hui, c'est grâce aux tounes. Ça n'a rien à voir avec nos carrières individuelles. C'est le phénomène de se retrouver ensemble et de refaire ces tounes-là ensemble en version La Chicane.
Q  Assumez-vous vraiment l'aspect nostalgie de l'exercice?
R  Bien oui! C'est même moi qui pense que c'est important. Ça fait partie de l'histoire de bien des gens. Tout le monde a un souvenir avec ces chansons. Ce qui me fait dire, sans prétention, que ces tounes ont accompagné les gens dans leur vie, ce sont les témoignages. Et des fois, ce ne sont même pas de grosses chansons. Dans le temps, les gens achetaient l'album et l'écoutaient au complet. Mais je pense effectivement que les gens qui viennent nous voir ont une certaine nostalgie. Ce n'est pas juste ma nostalgie de dire que ça fait 20 ans et il faut le souligner. Beaucoup m'ont dit : «hein, ça fait déjà 20 ans?» Ben oui! Ça fait 20 ans que vous avez entendu Calvaire pour la première fois!
Q  Qu'est-ce que ça représente pour vous de refaire le Festival d'été?
R  J'avais callé la shot dans les médias quand le groupe s'est reformé en disant que je voulais faire le Festival d'été. Quand on est arrivé, au départ, il n'y en avait plus de place. Ils ont tout fait pour nous faire jouer devant le plus grand public possible. On se retrouve ici et je suis bien content. C'est sûr que j'aurais aimé faire les Plaines avant les Backstreet Boys! [...] Surtout qu'à l'époque, La Chicane avait joué au Festival de montgolfières de Gatineau l'année après les Backstreet Boys. Et on avait battu leur record d'assistance. Pas de beaucoup, mais quand même!