Lorsque les vétérans de Sans pression sont venus chauffer la scène, on pouvait enfin utiliser le mot «foule» pour désigner les spectateurs.

Journée test peu convaincante au Festival d’été

En commençant la présentation des spectacles à 15h samedi à la place George-V, le Festival d’été désirait faire un test. Les festivaliers sont-ils prêts à commencer leur journée plus tôt?

Force est d’admettre que samedi, le hip-hop québécois à place George-V a eu beaucoup de mal à rivaliser avec le spectacle d’Imagine Dragons pour lequel les files se sont formées tôt à l’entrée des plaines. La piscine ou l’air conditionné ont aussi surement convaincu certains spectateurs d’arriver à la tombée du jour, comme à l’habitude.

À 15h, sous un soleil de plomb, il n’y avait qu’une poignée de braves pour le début du grand marathon, lancé par Vincent Biliwad, un jeune rappeur-compositeur-interprète de Limoilou. Il n’y en avait pas plus à 16h pour D-Track, sympathique artiste de Gatineau, qui nous a offert plusieurs moments avec la flûtiste Caroline Dupont. «La dernière fois que je suis venu ici, il y avait 2 personnes, maintenant vous êtes au moins 100. Mon compte est bon? Think big ostie!», a noté D-Track, bon joueur.

À 17h, déjà, la place était un peu plus garnie pour le début de la prestation Robert Nelson, mieux connu du public. Les spectateurs ont continué d’affluer lentement et ceux qui étaient sur place écoutaient les contes délirants de Nelson avec une attention enthousiaste. Ça commençait même à bouger un peu, au rythme des rimes, dans les rangs.

Lorsque les vétérans de Sans pression sont venus chauffer la scène, on pouvait enfin utiliser le mot «foule» pour désigner les spectateurs.

Il faudra attendre le bilan des organisateurs, dimanche matin, pour savoir si le FEQ a trouvé le test concluant et répètera l’expérience.

Quoi qu'il en soit, si on veut que les festivaliers restent à la place George-V de 15h à 23h, il faudrait prévoir plus qu'un camion-restaurant sur les lieux.