Ethan Hunt (Tom Cruise) doit découvrir l’identité du chef du groupe de terroristes à gages en possession du plutonium, qui est aussi pourchassé par l’ex-espionne du MI6 Ilsa Faust (Rebecca Ferguson).

Increvable Ethan Hunt dans Mission: Impossible! ***1/2

CRITIQUE / À chaque «Mission : Impossible», la production met toujours la barre un peu plus haut. Et elle a encore réussi à la relever avec ce sixième chapitre des aventures de l’increvable Ethan Hunt (Tom Cruise). «Répercussions» («Fallout») est certainement l’épisode le plus abouti avec un récit enlevant, de l’action à profusion et un suspense soutenu. Même si ça se gâche vers la fin.

Pour la première fois de l’histoire de la franchise qui a vu le jour il y a 22 ans, ce nouvel épisode est en continuité avec le précédent et est mis en scène par le même cinéaste. Avec une réalisation assurée, des plans spectaculaires et une touche d’humour, Christopher McQuarrie remplit sa mission haut la main.

Le récit reprend donc quelque temps après la capture du machiavélique Solomon Lane (Sean Harris), le cerveau d’un groupe anarchiste dans La nation Rogue qui veut changer l’ordre mondial. Hunt doit le libérer pour s’en servir de monnaie d’échange et réparer sa bavure. 

Car lors d’une expédition avec ses acolytes Benji (Simon Pegg) et Luther (Ving Rhames) où il devait récupérer du plutonium volé, l’agent secret a plutôt décidé d’échanger la vie de son coéquipier contre le métal radioactif.

Cette décision, et une autre qu’on vous laisse découvrir, reviennent le hanter — d’où le titre Répercussions. Et la marge de manœuvre de Hunt est mince puisque la directrice de la CIA décide de lui coller un chaperon aux basques. S’il désobéit, August Walker (Henry Cavill) a l’ordre de l’éliminer.

Hunt doit aussi découvrir l’identité de John Lark, le chef du groupe de terroristes à gages en possession du plutonium qui est aussi pourchassé par l’ex-espionne du MI6 Ilsa Faust (Rebecca Ferguson). Un beau prétexte pour mettre en place un récit basé sur la manipulation, le double jeu et les trahisons, petites et grandes. Et, surtout, des scènes d’action époustouflantes.

Dans ce jeu de cache-cache urbain, de Paris à Londres, on assiste à des cascades renversantes, des courses-poursuites à couper le souffle, des combats fracassants et de véritables prouesses acrobatiques. Rendons à Tom Cruise ce qui appartient à Tom Cruise : c’est un acteur unidimensionnel, mais à 56 ans, il est dans une forme physique resplendissante.

À vouloir toujours surpasser les films précédents, les artisans n’ont toutefois pas pu résister à l’envie de trop en faire. C’est parfois très fort en moutarde. Et, sérieusement, le truc du décompte de la bombe à désamorcer en 15 minutes qui s’étire sur 30, c’est usé à la corde. Et puis le mélo appuyé à la fin, franchement, était-ce bien nécessaire? Non.

N’empêche : Répercussions est un divertissement de haut niveau qui livre exactement la dose d’adrénaline et de plaisir attendue d’une superproduction estivale, sans trop tomber dans la formule. Ce sixième drame d’espionnage va battre les records de la série au box-office, un exploit remarquable après si longtemps, surtout avec le même acteur dans le rôle-titre.

AU GÉNÉRIQUE

Cote : *** ½

Titre : Mission : Impossible — Répercussions

Genre : drame d’espionnage

Réalisateur : Christopher McQuarrie

Acteurs : Tom Cruise, Rebecca Ferguson, Henry Cavill et Simon Pegg

Classement : 13 ans et plus

Durée : 2h27

On aime : la réalisation assurée, le rythme trépidant, le suspense soutenu

On n’aime pas : le décompte final, le bouchon poussé un peu trop loin