<em>Imagine Van Gogh </em>sera présentée à compter du 18 juillet au Centre des congrès de Québec. Les billets sont en vente à compter du 8 juillet.
<em>Imagine Van Gogh </em>sera présentée à compter du 18 juillet au Centre des congrès de Québec. Les billets sont en vente à compter du 8 juillet.

Imagine Van Gogh: au bout du nez et partout autour 

Dans la salle, l’obscurité est dense, mais la lumière qui jaillit de La Nuit étoilée éclaire les visiteurs comme le ciel, un soir de pleine lune. À partir du 18 juillet, l’intérieur du Centre des congrès de Québec sera drapé de voiles blancs sur lesquels seront projetées les toiles de Vincent Van Gogh. Jusqu’en septembre, l’exposition offrira aux visiteurs une immersion totale dans les œuvres du peintre néerlandais.

De son bureau à Lyon, devant une grande affiche illustrant le célèbre autoportrait de Van Gogh, Annabelle Mauger raconte comment elle en est venue à élaborer le concept de l’exposition Imagine Van Gogh. Inspirée des projets français Cathédrales d’images, auxquels ont participé Mme Mauger et son collègue Julien Baron, l’exposition vise à «montrer, à travers le regard de Vincent Van Gogh, tous les paysages et les routes que l’on emprunte quand on arrive en Provence».

Vincent Van Gogh, bien qu’originaire des Pays-Bas, déménage à Paris en 1886. C’est en Provence, lors des deux dernières années de sa vie, qu’il peint « un grand nombre de chefs-d’œuvre» dont La Nuit étoilée et les peintures représentant sa chambre à coucher.

Imagine Van Gogh nous plonge donc à travers une Provence de la fin du 19e siècle tout en disséquant le travail artistique du peintre. «J’ai voulu orienter l’exposition d’une manière plus scientifique et artistique. Cette période [1860 à 1890], c’est le japonisme. De ce fait, j’ai souhaité que le format des voiles qui allaient réceptionner les toiles de Van Gogh aient, soit un format allongé qui correspond à un format japonais, soit un format extrêmement vertical et étroit», explique Mme Mauger.

Le format des voiles ne correspondant pas au format des toiles de Van Gogh, Mme Mauger a plongé automatiquement dans le détail des œuvres.

Le format des voiles ne correspondant pas au format des toiles de Van Gogh, Mme Mauger a plongé automatiquement dans le détail des œuvres. «L’un des buts de ce type d’exposition immersive, c’est de voir les œuvres comme on ne peut pas habituellement les voir, souligne Mme Mauger. Il y a cette idée de modifier l’échelle des toiles, mais aussi cette volonté de rentrer dans les toiles comme si les visiteurs étaient eux-mêmes à quelques centimètres de l’œuvre.» Selon la conceptrice, les grandes toiles sur lesquelles sont projetées les œuvres atteignent jusqu’à huit ou neuf mètres de hauteur. L’agrandissement des toiles fait ainsi passer chaque coup de pinceau sous le regard attentif du visiteur.

En posant sa loupe sur certaines parties des toiles, Mme Mauger voulait mettre l’accent sur la façon dont Van Gogh peignait ses œuvres. «De loin, dans un tableau de Van Gogh, tout vous semble courbe. Tout bouge, tout est en mouvement, rond et doux. Par contre, spécifie Mme Mauger, lorsque vous regardez ce tableau de près, vous vous rendez compte de la violence du trait. Ce ne sont que des empâtements qui sont extrêmement droits. La vision que vous avez de ces toiles, de près ou de loin, est donc totalement différente.»

Bercés par la musique de la fin du 19e siècle, les visiteurs pourront traverser de façon chronologique le parcours créatif de Van Gogh. Pour Mme Mauger et son équipe, il était important d’être fidèle «à la façon dont Van Gogh lui-même a souhaité construire son parcours artistique». 

L’espace disponible au Centre des congrès étant très grand, il permettra aux visiteurs d’observer les toiles comme ils le souhaitent tout en respectant une distanciation de deux mètres. Un maximum de 50 personnes par salle sera toutefois imposé.

Une exposition différente et pour tous

Mme Mauger l’affirme : une exposition immersive comme Imagine Van Gogh  n’a rien à voir avec une exposition muséale classique. La conceptrice qui travaille dans le domaine depuis maintenant 20 ans explique qu’habituellement, on visite les musées d’art de façon très sérieuse en suivant un parcours défini d’une salle à l’autre.

Au Centre des congrès de Québec, Imagine Van Gogh offre davantage une expérience différente qui souhaite rapprocher le visiteur de l’œuvre. «Dans un musée, vous êtes dans la lumière. Alors que dans cette exposition immersive, vous êtes dans le noir, nuance Mme Mauger. Il y a cette forme d’intimité qui se crée avec l’ambiance, avec la salle et avec l’œuvre qui désinhibe tout le monde.»

Mme Mauger invite d’ailleurs les curieux à vivre l’exposition comme ils le souhaitent. Présentée en Europe, puis à Montréal avant d’arriver à Québec, Imagine Van Gogh a été vécue de différentes manières un peu partout. Si certains préfèrent observer les toiles debout, d’autres peuvent s’asseoir ou s’allonger en plein milieu de la pièce. L’espace disponible au Centre des congrès étant très grand, il permettra aux visiteurs d’observer les toiles comme ils le souhaitent tout en respectant une distanciation de deux mètres. Un maximum de 50 personnes par salle sera toutefois imposé.

«J’ai vu tellement d’enfants sauter dans les toiles [projetées au sol]. C’était une marelle géante. Forcément, les enfants n’ont qu’une envie, c’est d’aller de la touche rouge à la touche noire, de suivre le trait de pinceau de Vincent Van Gogh ou de marcher sur les étoiles dans La Nuit étoilée», témoigne en souriant Mme Mauger.

Pour la conceptrice de l’exposition, visiter ainsi l’œuvre de Van Gogh nous plonge dans un espace créatif qui s’approche du rêve et nous permet de laisser tomber «les barrières psychologiques que l’on s’impose lorsqu’on se rend dans un musée». Selon elle, si Imagine Van Gogh est une activité pour tous, «elle l’est d’autant plus pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller au musée qui sont réticents à aller dans ces lieux d’expositions magnifiques».

Les billets pour l’exposition Imagine Van Gogh seront disponibles pour le grand public dès le 8 juillet.