Ian Williams a remporté le prix Giller pour son roman «Reproduction».

Ian Williams remporte le prix Giller pour «Reproduction»

TORONTO — Le romancier Ian Williams a rendu hommage à un grand nom de la littérature canadienne alors qu’il acceptait le prix Giller de la Banque Scotia — et sa bourse de 100 000 $.

Ian Williams a étouffé ses larmes en montant sur la scène pour recevoir l’honneur qui lui a été décerné pour son premier roman, Reproduction.

«J’ai des notes ici pour les personnes que je dois remercier, mais peut-être que je commencerai avec mon cœur», a déclaré Ian Williams à la foule. «Margaret Atwood, là-bas, [a écrit] le premier livre que j’ai acheté avec mon propre argent dans une librairie de Brampton.»

Dans une entrevue après la cérémonie, Ian Williams a expliqué que cette marque d’amour envers Margaret Atwood lui permettait de la remercier de lui avoir permis de passer les étés de son enfance plongé dans sa poésie.

«Comment pouvez-vous dire à une écrivaine que vous avez l’impression de la connaître, qu’elle est comme votre mère littéraire et qu’elle a toujours été là pour vous, pendant tout ce temps?» a lancé le nouveau lauréat à La Presse canadienne.

«Je suis sûr que beaucoup de gens ressentent exactement la même chose pour elle, et elle nous donne également ce sentiment de fierté. Elle en a tellement fait pour ce pays.»

Reproduction, publié par Random House Canada, retrace les liens qui unissent les membres d’une famille transculturelle dans la ville natale de Ian Williams, Brampton, en Ontario.

À partir de là, l’auteur raconte un récit tellement enchevêtré qu’il s’oppose aux conventions romanesques.

Les membres du jury ont félicité Ian Williams pour «un remarquable décorticage des liens et des événements imprévisibles qui unissent des gens d’ethnicités, de classes sociales, de genres et de lieux de résidence différents».

Ian Williams a battu les autres finalistes David Bezmozgis, Michael Crummey, Alix Ohlin, Steven Price et Megan Gail Coles.

Le prix Giller permet de remettre chaque année 100 000 $ à l’auteur du meilleur roman ou recueil de nouvelles canadien publié en anglais, et 10 000 $ à chacun des finalistes.