Cette première adaptation des aventures de Gaston Lagaffe est portée par la performance du jeune acteur Théo Fernandez (à gauche).

«Gaston Lagaffe», la BD culte de Franquin, sur grand écran

PARIS — Après Spirou et Fantasio, Gaston Lagaffe, l'employé de bureau le plus incontrôlable et nonchalant de la bande dessinée, roi incontesté de la gaffe, tente l'aventure du grand écran avec la première adaptation autorisée de ses aventures loufoques.

Signée Pierre-François Martin-Laval, cette adaptation fidèle du héros de la BD créé en 1957 par le dessinateur belge André Franquin sort en salles mercredi 4 avril en France, en Belgique et en Suisse.

En 1981, un long métrage, Fais gaffe à la gaffe!, s'était inspiré du héros mais André Franquin, décédé en 1997, n'avait pas donné son aval, refusant l'utilisation des noms des personnages, mais autorisant les gags cultes.

Cette fois-ci, les ayant-droits de Franquin ont donné carte blanche à Pierre-François Martin-Laval, l'un des fondateurs de la troupe des Robins des Bois et déjà spécialiste de l'adaptation de bandes dessinées, puisque, sur ses quatre longs métrages à ce jour, deux trouvent leur source dans l'univers de la BD.

Il est le réalisateur de la saga des Profs, inspirée d'une BD de Pica et Erroc, véritable succès au box-office et des Vacances de Ducobu, d'après la série de bandes dessinées L'Élève Ducobu de Zidrou et Godi.

«Quand j'ai fait Profs, j'ai été vexé qu'on dise que ça ne pouvait plaire qu'aux ados. Je n'en suis plus un, même si sans doute j'en suis toujours un dans ma tête. Avec Gaston Lagaffe, j'ai voulu un film familial capable de faire rire autant mes filles que moi», confie Pierre-François Martin-Laval.

Alors que deux récents longs métrages sur Spirou ont déçu, cette première adaptation des aventures de Gaston Lagaffe est portée par la performance du jeune acteur Théo Fernandez, 19 ans. Révélé dans la saga des Tuche, il campe idéalement le héros indolent en pull vert à col roulé trop petit, jean trop court et espadrilles bleues sur chaussettes rouges.

Le comédien a été recruté par hasard lors d'une audition chez UGC, qui coproduit et distribue le film : venu pour un tout autre projet de long métrage, Théo Fernandez s'est réellement endormi dans la salle d'attente de la compagnie de cinéma, manquant son tour. Une situation exemplaire de l'esprit de Gaston Lagaffe.