Le Festival ComediHa! avait programmé un gala «moins de 35», regroupant des humoristes de moins de 35 ans. Et c'est à Phil Roy que l'on avait confié le mandat d'animer la soirée présentée sous le signe de la jeunesse et, curieusement, de la nostalgie.

Gala Phil Roy: place aux milléniaux

CRITIQUE / Le Festival ComediHa! avait programmé cette année un gala «moins de 35», regroupant des humoristes (vous l'avez deviné) de moins de 35 ans. Et on a eu la bonne idée d'en confier l'animation à l'humoriste «jeune» de l'heure, Phil Roy, pour une soirée agréable sous le signe de la jeunesse et, curieusement, de la nostalgie.
En commençant, on a su (par applaudissement) que le public visé (de moins de 35 ans) était majoritaire dans la salle. L'animateur de la soirée a évidemment parti le bal, en parlant de sa génération Y «qui se fait détester par tout le monde», élevée par... les VJ de MusiquePlus comme Rej Laplanche (qui a d'ailleurs fait une courte apparition-surprise sur scène). Une génération qui est, selon Phil Roy, «la no 1 au 6 à 6 des générations», car elle est la seule qui sait se servir correctement des téléphones intelligents.
«On n'a peut-être pas inventé le remède contre le cancer, mais anyway, à quoi ça sert de vivre si on peut pas le "poster" sur Instagram, hein?» a-t-il lancé avec un clin d'oeil.
Le premier humoriste invité, Guillaume Pineault, est d'abord venu raconter sa vie post-rupture, après 12 ans de relation avec une blonde qui l'a quitté. Pas facile de devoir aller sur Tinder, que Pineault compare à Kijiji, car on n'y offre... que des produits usagés.
Les spectateurs ont eu droit à la présence éclair de Jay Mitchell, alias... Jean-Michel Anctil, qui voulait «s'insérer» dans le gala des jeunes, mais qui a été (trop) vite poussé vers la sortie par Phil Roy. Une occasion manquée, on dirait.
Rosalie Vaillancourt est ensuite débarquée avec un humour qu'on qualifiera de «trash ingénu»: elle dit des énormités, avec une voix et une allure de fillette de 8 ans. Pas pour rien que Phil Roy l'a présentée comme la Britney Spears de l'humour, talentueuse, belle, et «cr... folle». Rigolote et malaisante à souhait.
Coup de coeur pour Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, une des vedettes de Like-Moi! dont le nom contient en même temps une adresse et une ambiguïté sexuelle, nous a-t-il expliqué avec son ton légèrement décalé. On vous confirme qu'il est aussi drôle su scène qu'à la télé.
La première partie s'est conclue par un sketch pastiche de l'émission Dans une galaxie près de chez vous, avec Phil Roy, Pier-Luc Funk, Anne-Élisabeth Bossé, et Katherine Levac. Comme le capitaine Phil n'avait que son permis temporaire pour faire voler le vaisseau spatial nommé Saku Koivu (!), Funk a fait téléporter son «oncle»... Didier Lucien, le Bob de la série culte (une erreur de téléportation avait d'abord amené le vrai Yves Corbeil!).
Hilarants messages
Phil Roy lancé la deuxième partie en lisant les hilarants messages inscrits dans son (vrai) album de finissants, se rappelant son glorieux secondaire, qui n'est pour lui pas si loin.
Jay Du Temple a ensuite eu droit à un accueil délirant, expliquant sûrement son choix comme animateur de la nouvelle mouture d'Occupation Double. Billy Tellier est quant à lui venu expliquer les joies de sa nouvelle paternité, et d'avoir assisté à l'accouchement. «C'est comme voir ton resto préféré passer au feu, tu te dis que ça va prendre du temps avant que tu remanges là.»
Ça s'est terminé en beauté et en nostalgie, avec un numéro choral «bal des finissants», avec le narrateur Phil Roy qui décrit la soirée typique que tous ont connu (il y a plus ou moins longtemps...), et la participation du groupe Yelo Molo, à qui Roy a fait quelques clins d'oeil pendant la soirée.