L'an dernier à pareille date, Gab Paquet interprétait La dame en bleu lors d'une soirée karaoké organisée au Festival OFF. Le voilà cette année programmé au Festival d'été (FEQ), en première partie du spectacle de Michel Louvain.

Gab Paquet: la science du kitsch

Les festivaliers ont rendez-vous avec deux chanteurs de charme, le 12 juillet, sur la place d'Youville. En tête d'affiche: Michel Louvain, qui célébrera son 80e anniversaire de naissance et ses 60 ans de carrière. Pour lui paver la voie: Gab Paquet, de 46 ans son cadet, véritable expert du kitsch dont les chansons «romantico-louches» s'éclatent au deuxième degré, mais n'en sont pas moins portées par une véritable réflexion. Et on peut dire que ce dernier prend son rôle au sérieux.
L'an dernier à pareille date, Gab Paquet interprétait La dame en bleu lors d'une soirée karaoké organisée au Festival OFF. Le voilà cette année programmé au Festival d'été (FEQ), en première partie du spectacle de celui à qui il avait rendu hommage. «C'est en dehors de toute attente. Si on m'avait dit ça l'année passée, je ne l'aurais pas cru», se réjouit le principal intéressé... qui a néanmoins exprimé quelques réserves quand l'invitation du FEQ est arrivée.
«Je ne savais pas comment réagir. Parce que je ne savais pas comment ça allait être pris de la part de M. Louvain, évoque Gab Paquet. Est-ce qu'il va penser que je ris de lui? Après réflexion, je me suis dit: "M­oi, je fais de la musique avant tout". Le projet est musical. Je ne suis pas Ringo Rinfret. Si la musique n'est pas au rendez-vous, tout ce qu'il y a autour et tout le message ne fonctionneront pas.»
L'emballage auquel fait référence le chanteur de Québec, c'est ce look qu'il arbore fièrement - moustache, spectaculaire coupe Longueuil et flamboyantes chemises (confectionnées par sa maman, svp!) -, ces vidéos qui jouent sans vergogne dans l'éventail du mielleux au cheesy, ces arrangements forts en sax sensuel et en synthé daté et, plus généralement, cet alter ego artistique qu'il assimile un peu à personnage de soap américain. «Mais un personnage qui se trompe. Je me rends compte que je suis là-dedans. Eux, ils vivent dans leur rêve, sur leur nuage. Moi, je fais semblant», nuance celui qui a justement intitulé son dernier album Santa Barbara, en référence au téléroman des années 80 qu'il décrit comme la version télévisuelle du roman Harlequin.
«Au bout du compte, je me dis que M. Louvain, il est d'une autre génération et il parle d'amour, reprend Gab Paquet. Peut-être que nous, aujourd'hui, on a une vision par rapport à ça qui est actualisée. On vit dans une société où la libération sexuelle est complètement démesurée. Ce qui est normal, aujourd'hui, c'est de voir Célibataires et nus passer à la télévision. À l'époque, c'était inimaginable que ces choses-là existent. Aujourd'hui, on peut peut-être avoir un autre regard là-dessus. Moi, je joue sur ça un peu.»
Grand fan de Claude François, Gab Paquet a lancé son projet musical en alliant des chansons plus sérieuses à un répertoire plus ironique qui prenait une tournure «romantico-louche», selon sa propre description. «Ça faisait réagir beaucoup. Les gens revenaient au spectacle et me disaient à quel point ils trouvaient ça drôle», raconte le chanteur, qui a finalement choisi d'y aller à fond dans cette deuxième avenue.
S'amuser... et réfléchir
Il ne nie pas que d'exploiter à fond la carte kitsch - un intérêt qu'il enracine dans son amour des années 80 - revêt un côté amusant pour ses complices et lui-même. «On dirait que ça libère d'un certain sérieux qu'on est supposé avoir autour de la musique», estime Gab Paquet.
Mais le projet n'en est pas moins sous-tendu par une réflexion. Le chanteur évoque la «psychologie du kitsch», ses origines et une constante interrogation sur ce qui nourrit notre attrait pour des choses - comme des trouvailles de marché aux puces, par exemple - tellement laides qu'elles peuvent en devenir belles.
«Il y a un fond de sérieux dans ce que je fais. Je les vis vraiment, mes chansons, et je les adore. Je ne fais pas ça pour niaiser avec de la musique. Il y a une vérité. Et c'est une constante recherche, aussi. [...] Ça tient à la culture de masse. Mes chansons, en soi, c'est un peu des lieux communs qui deviennent des clichés. Je pense que le kitsch, c'est ça. Ça devient absurde, un peu ridicule. Mais tout le monde peut se reconnaître là-dedans. Ça fait partie intégrante de l'identité culturelle de notre époque.»
Lors de notre entrevue, il y a quelques semaines, Gab Paquet a souvent affirmé le grand respect qu'il voue à Michel Louvain et à sa carrière. Et il se réjouissait d'aller à la rencontre du public qui suit le légendaire chanteur depuis maintenant six décennies.
«Ce qui va être le plus intéressant là-dedans, c'est le mariage intergénérationnel qui peut se produire, croit-il. Comment les gens vont-ils réagir à ça? Est-ce que les jeunes vont rester pour le spectacle de Michel Louvain? Est-ce que les gens plus âgés vont arriver pour notre spectacle? Parce qu'on le sait : les dames en bleu, les fans de Michel Louvain, elles veulent être en avant. Je suis sûr que ça va se bousculer pour toucher à Michel Louvain!»
***
Vous voulez y aller?
Qui: Gab Paquet
Quand: 12 juillet à 19h30
Où: place d'Youville
Accès: gratuit
Info: infofestival.com
Note: Les festivaliers peuvent exceptionnellement apporter leur chaise pendant cette soirée à la place d'Youville. Des chaises pliantes seront également disposées devant la scène.