Didier Lucien est le porte-parole de la Fête nationale 2020.
Didier Lucien est le porte-parole de la Fête nationale 2020.

Fête nationale: «Tout le Québec à l’unisson pour une première fois»

Pandémie oblige, tous les Québécois fêteront cette année leur fête nationale autour d’un seul et même événement, à distance, peu importe leur coin de pays. Plus d’une quarantaine d’artistes, dont Patrice Michaud et Marie-Mai, s’uniront le 23 juin, à 20h, afin de diffuser sur les quatre grandes chaînes de télévision ainsi qu’à la radio un spectacle unique, haut en couleur.

Pour une première fois en 186 ans, le Québec devra troquer ses feux de joie contre des téléviseurs! Outre la quarantaine d’interprètes, 14 musiciens, trois orchestres symphoniques et bon nombre de danseurs et choristes se succéderont à l’amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières afin de célébrer la belle province dans le respect des plus strictes mesures d’hygiène.

«Une fête, ça ne se déplace pas. Tu la gardes et tu la fais comme tu peux. C’est important de garder ces balises-là. On est séparé, mais c’est temporaire. On reste ensemble», lance l’acteur québécois Didier Lucien, fier porte-parole de la Fête nationale 2020.

L’organisation du Grand spectacle de la Fête nationale du Québec a d’ailleurs choisi de monter le spectacle sous le thème «Unis». Pour Didier Lucien, le spectacle de la Fête nationale est un bon moment pour s’unir: «Normalement, la Fête nationale se déroule à peu près sur 700 sites différents. Cette année, tout le monde va regarder la même affaire en même temps!»

Le thème de l’union touche même les télé et radio diffuseurs qui s’unissent pour la toute première fois. En effet, Télé-Québec, Radio-Canada, TVA et V présenteront en même temps, dès 20h, le spectacle de la Fête nationale. Ce dernier sera aussi diffusé à la radio sur les ondes de QUB radio, de Rythme FM et de 96,9 CKOI.

Un gros party

Des foules immenses, des spectateurs joyeux [intoxiqués par l’alcool] qui s’embrassent et célèbrent le Québec, les drapeaux, le maquillage bleu et blanc… La Fête nationale est toujours… colorée. Pour 2020, on aura droit à un spectacle tout aussi festif, mais «beaucoup plus propre», promet en rigolant Didier Lucien, qui s’attend à ce que la rareté des spectacles estivaux fasse naître une grande fébrilité chez les artistes et chez les spectateurs le 23 juin prochain.

Si le format exact est encore secret pour l’instant, l’organisation de Tout le Québec à l’unisson a annoncé une longue brochette d’artistes pour l’occasion. Des chanteurs et chanteuses de tous les âges et de tous les styles défileront sur la scène afin d’interpréter quelques chansons de leur répertoire. Pour l’organisation, ce spectacle «se veut d’abord et avant tout un profond témoignage d’amour pour la solidarité dont a fait preuve le peuple québécois au cours des dernières semaines».

Parmi la quarantaine d’artistes annoncés, outre Patrice Michaud et Marie-Mai, on retrouve, entre autres, Lara Fabian, Hubert Lenoir, Fouki, Diane Dufresne, Louis-Jean Cormier, Corneille, Roch Voisine, les sœurs Boulay et Alexandra Stréliski. La soirée sera animée par Ariane Moffatt et Pierre Lapointe, qui reprennent du service après le spectacle de la Fête nationale sur les plaines d’Abraham, l’an dernier.


« L’idée, c’est d’amener la Fête nationale chez les gens. Cette année, on a le temps de voir la Saint-Jean arriver et de prendre le temps de célébrer comme il faut le bout de terre sur lequel on vit et de regarder vers l’avenir »
Didier Lucien, porte-parole pour la Fête nationale 2020

Prendre le temps de célébrer

Parce que, même à distance, certaines traditions sont de mise, le discours patriotique aura sa place lors de cette soirée bien spéciale. Selon l’organisation, le discours patriotique prendra cette année la forme de contes, de slam et de chansons écrits et présentés par le conteur Fred Pellerin, l’artiste Elisapie, l’auteur David Goudreault et la comédienne Christine Beaulieu.

Selon Didier Lucien, la Fête nationale, vue à travers le prisme de la pandémie, prendra peut-être un sens plus introspectif. «Avec la pandémie, on a été obligé de se poser beaucoup de questions sur, par exemple, notre système de santé. Lors de cette soirée-là [le 23 juin], on pourra peut-être se pencher sur les questions “Qu’est-ce que ça veut dire d’être Québécois” et “Qu’est-ce qu’on aimerait que ça veuille dire dans les prochaines années”, souligne le porte-parole qui invite les Québécois à maquiller, cette année, leur balcon plutôt que leur visage et à prendre part à la fête de leur salon.

Le droit à la fête… et au silence

Didier Lucien s’est retrouvé dans une controverse médiatique la semaine dernière alors qu’il avait spécifié aux médias qu’il ne souhaitait pas commenter l’actualité à propos du racisme systémique ou le déconfinement de l’industrie culturelle, préférant discuter de la Fête nationale pour laquelle il est porte-parole. «Dans les premières entrevues que j’ai faites, on revenait rapidement sur ces sujets-là. Moi je suis là pour inviter les gens à une fête. Je n’ai pas envie de parler de mon père qui est mort», explique Didier Lucien qui spécifie que ces sujets chauds sont sensibles pour lui et qu’il a besoin de temps pour s’en faire une opinion.

Critiqué abondamment sur les réseaux sociaux à propos de sa volonté de se taire, l’acteur ne croit pas que les artistes ont une obligation de donner leur opinion publiquement. «Moi je joue, j’écris, je fais de la mise en scène. […] Les artistes peuvent donner leur opinion s’ils le veulent, mais ça ne fait pas partie de notre mandat. On peut en parler, mais je pense qu’on a le droit aussi au silence. Les choses que j’ai envie de dire, je préfère les passer de façon artistique plutôt que par des mots qui ne mènent assez souvent vers rien», affirme Didier Lucien.