Naviguer à l'instinct dans les arts visuels

Les centres d'artistes et les galeries d'art actuel de Québec quittent leur légère torpeur estivale et entament la nouvelle année culturelle avec des propositions aussi diversifiées qu'intrigantes. Par où commencer? Nous avons écumé les programmations et nous vous présentons, d'instinct, ce qui a retenu notre attention.
› Confondre l'ordinaire: 8 septembre au 1er octobre, Lieu
Gabrielle Boucher révèle la poésie des objets industriels (soucoupes, hachoirs à viande et autres) et prépare une installation de grande envergure pour occuper l'espace d'exposition de la rue du Pont. L'artiste de la région de Portneuf a reçu la mention coup de coeur du public à la dernière Foire en art actuel de Québec (qui, elle, reviendra seulement ce printemps, a-t-on appris).
› Sarah Thibault : Embourgeoiser le sauvage: 15 septembre au 22 octobre, Regart
Inspirée par la beauté extravagante, voire arrogante, des jardins de Versailles, Sarah Thibault (diplômée en joaillerie et en sculpture) a nourri une réflexion sur le pouvoir de l'homme sur la nature. La galerie deviendra un grand jardin baroque, avec, devinons-le, quelques surprises qui inviteront à la réflexion. 
› Adieu la photographie: 20 septembre au 17 décembre, Maison Hamel-Bruneau 
Hélène Matte a rassemblé des oeuvres de 12 photographes qui continuent d'explorer les possibilités de leur médium à une époque où la photographie est accessible à tous (et à toutes les dérives des égoportraitistes, instagrameurs et autres addicts de l'image). Camera Obscura, appareil argentique, polaroïds, images d'archives, collages, sculptures se côtoient. Avec entre autres Giorgia Volpe, Patrick Altman, Simon Dumas, Guillaume D. Cyr et Moïa Jobin-Paré.
› Achromatopsie: 8 septembre au 9 octobre, OEil de poisson
Une exposition «à basses ondulations chromatiques» qui rassemble des artistes et auteurs qui utilisent l'art pour exposer de manière brutale et incisive leurs questionnements sur notre modèle social. On y verra le travail d'Anne-Valérie Gasc, de Marie-Andrée Godin, de Jean-Charles Remicourt-Marie, d'Ezzio Puglia, d'Estelle Evrard, de Sylvain Bouthillette et de Hugo Nadeau. À suivre...
› Géométrie et Phase I Objets matières: 9 septembre au 8 octobre, Bande vidéo
La Bande Vidéo célèbre son 40e anniversaire en présentant deux expositions plutôt qu'une et en habitant la vitrine de la Manif d'art. Jocelyne Alloucherie signe Géométrie, un récit imaginé à partir du soliloque d'un promeneur solitaire dans des jardins publics et pour lequel les prises d'images ont été réalisées sur plusieurs hivers. Mélanie Bédard propose pour sa part une ode aux gestes créatifs qui inclut tricot, gravure sur bois, peinture, etc. dans un grand jaillissement commun des savoir-faire.
Trois fois trois solos (ou presque)
En galerie, la règle des trois solos de l'automne s'applique cette année. Règle confirmée par une exception: le duo d'Hélène Dorion et Carol Bernier, du 1er au 22 octobre à la Galerie Michel Guimont. L'écrivaine et l'artiste visuelle ont apprivoisé le langage de l'autre en entretenant une correspondance soutenue. 
La galerie accueillera aussi un premier solo du peintre Jérémie St-Pierre (29 octobre au 19 novembre), qui vogue entre surréalisme et réalisme éclaté. On a surtout hâte de voir ce que le sculpteur Ludovic Boney, qui est l'un des finalistes du prix Sobey, nous prépare du 26 novembre au 17 décembre.
Du côté de la Galerie 3, Julien Boily ouvre le bal, du 8 septembre au 8 octobre. Nous y reviendrons dans la prochaine chronique arts visuels, mais les images, déjà, nous soufflent. Puis on découvrira une nouvelle installation de Graeme Patterson (13 octobre au 12 novembre) avant de visiter l'univers riche et troublant de Shary Boyle (17 novembre au 17 décembre).
Chez Lacerte, on verra les photographies d'Ivan Binet (15 septembre au 8 octobre), puis les dessins, toiles minutieuses et autres broderies visuelles d'Eveline Boulva (13 octobre au 12 novembre). L'exposition d'Elysanne Tremblay (24 novembre au 23 décembre), dont la pratique colorée verse autant dans la peinture que dans la sculpture, s'annonce prometteuse.
Aussi à voir
• Le bureau de l'a-POST- de Folie Culture (Julie Laurin, Victoria Stanton, Alexandre Bérubé), 7 au 22 septembre, Saint-Roch et Saint-Jean-Baptiste
• Joan Fontcuberta et Katia Gosselin, 8 septembre au 15 octobre, VU
• Andrée-Anne Dupuis-Bourret, 8 septembre au 8 octobre, Engramme
Compassion de Paula Murray, 8 septembre au 22 octobre, Materia
• Sébastien Cliche, 13 oct. au 5 nov., Lieu
• Jocelyn Gasse, 15 octobre au 7 janvier, Musée Marius-Barbeau
• Jonathan Plante et Nicolas Puyjalon, 20 octobre au 19 novembre, OEil de poisson
• Kamil Kocurek, 27 octobre au 26 novembre, Engramme
• Kotama Bouabane et Leisure, 27 octobre au 3 décembre,VU
• Recoudre de Carole Baillargeon et Mireille Racine, 3 novembre au 17 décembre, Materia
• Karen White et Florence Yee, 10 novembre au 18 décembre Regart
• Liping Ting (avec un workshop du 10 au 12 nov.), 17 nov. au 10 déc., Lieu