L’artiste Mykalle Bielinski

«Mythe» au Mois multi : un chœur de femmes devant la mort

Deux ans après avoir présenté Gloria, une immersion transcendante sur le sacré, Mykalle Bielinski arrive au Mois multi avec une nouvelle proposition, Mythe. L’inspirante artiste poursuit sa réflexion en conviant un chœur de femmes pour chanter ce qui nous lie et ce qui nous traverse.

«J’ai vraiment ouvert large, en m’intéressant à l’éveil de la spiritualité. Je crois que ce qui nous relie, c’est le désir de répondre à la mort par la création d’œuvres, d’histoires, de rites et de mythes», indique Mykalle Bielinski. Pour elle, le mythe est un écho des aspirations humaines, le résultat de cette capacité à se projeter dans quelque chose de plus grand.

Gloria se déroulait au centre de projections sur 360 degrés. «Ici, on est vraiment juste avec les corps, la respiration, la présence», souligne Mykalle Bielinski. «Il y a une partie de moi qui est extrêmement sensible au bruit et à la vitesse de notre époque et j’ai envie d’offrir des espaces de médiation et de contemplation.»

Outre un chant bulgare, tous les textes et les musiques qui forment Mythe ont été composés par l’artiste, qui a invité quatre femmes à chanter à ses côtés. Le résultat se veut puissant, incarné. «J’ai fait tout un travail de tension et de contrepoint. La mort, ce n’est pas doux», précise-t-elle.

Mythe

Une parole concrète, quotidienne et poétique se mêlera à ces segments plus éthérés, voire à une choralité contemporaine, «qui ressemble un peu à du Martin Crimp» (vu Dans la République du bonheur au Trident en 2015), illustre-t-elle. La musique, elle, sera souvent cyclique, comme des mantras.

Dans les crédits du spectacle, on remarque les noms de trois créatrices reconnues : Marie Brassard, Mélanie Demers et Claudie Gagnon. «Elles m’ont surtout dit : “Fais ce que tu veux”. Elles m’ont incitée à oser, à aller au bout de mes idées à solidifier ma pensée», constate l’artiste. 

Mythe

Mythe sera présentée le jeudi 7 et le vendredi 8 février à 20h30 à la salle multi, à Québec, ainsi que du 12 au 16 février à l'espace libre, à Montréal.