George Brossard, chez lui, devant une partie de sa collection personnelle, en mars dernier

Mort du père de l’Insectarium, Georges Brossard

L’entomologiste Georges Brossard, fondateur de l’Insectarium de Montréal, est décédé mercredi matin. Il était âgé de 79 ans.

Fils de Georges-Henri Brossard, fondateur de la ville portant son nom, Georges Brossard s’est d’abord destiné au métier de notaire, qu’il a exercé pendant plus de 10 ans. Sa passion pour les insectes l’a toutefois poussé, à l’aube de la quarantaine, à quitter la sécurité que lui offrait son métier pour se consacrer à l’entomologie.

Après avoir parcouru le monde pour collectionner plus de 250 000 spécimens d’insectes, il fait des démarches dans le but d’ouvrir un lieu d’exposition consacré à ces bestioles.

C’est de là qu’est né l’Insectarium de Montréal, à qui il a donné sa collection et qu’il dirigera pendant 10 ans.

Ses projets ne se sont toutefois pas arrêtés avec Montréal : il fonde ainsi d’autres insectariums, entre autres à La Nouvelle-Orléans et à Shanghai.

Talents de vulgarisateur

Ses talents de vulgarisateur font aussi de lui une personnalité publique bien appréciée, qui animera notamment à la télévision les séries «Mémoires d’insectes» et «Insectia». Cette dernière série, tournée pour Discovery Channel, a été diffusée dans 150 pays.

Il s’est engagé auprès de plusieurs organismes, incluant l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Québec, la Société de biologie du Québec et l’Association des gens d’affaires de la Ville de Brossard.

À la demande de la Fondation Rêves d’enfants, il avait également emmené, en 1987, un jeune garçon en phase terminale en Amérique du Sud dans le but de capturer un morpho bleu. Cette aventure avait inspiré le film Le papillon bleu de Léa Pool, paru en 2004.

Des honneurs

Au cours de sa vie, Georges Brossard aura cumulé les honneurs. Il a ainsi été fait chevalier de l’Ordre national du Québec et membre de l’Ordre du Canada, a reçu la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec, la Médaille du jubilé de la Reine Elisabeth II et la médaille Louis-Riel, en plus de recevoir plusieurs doctorats honorifiques.

Espace pour la vie, qui regroupe l’Insectarium, le Biodôme, le Planétarium et le Jardin botanique de Montréal, a réagi au décès dans un communiqué.

«Sans l’extraordinaire contribution de Georges Brossard, l’Insectarium de Montréal n’aurait sans doute jamais vu le jour. C’est pour nous un grand honneur de poursuivre son travail avec une passion à l’image de son fondateur. Son legs est immense et son souvenir sera à jamais lié à la mission d’Espace pour la vie», a dit Charles-Mathieu Brunelle, directeur d’Espace pour la vie.

«L’équipe Espace pour la vie travaille très fort pour faire vivre la passion de Georges Brossard aux nombreux visiteurs qui auront prochainement l’occasion de redécouvrir ces fascinantes créatures dans un insectarium tout neuf qui leur rendra hommage», a renchéri Laurence Lavigne Lalonde, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.