L'artiste de Nouvelle-Calédonie a fait du land art pendant l'hiver sur l'île d'Orléans.

Maéva Bochin: de la Nouvelle-Calédonie à l’île d’Orléans

Maéva Bochin n’a pas froid aux yeux. L’artiste calédonienne termine cinq mois de résidence sur l’île d’Orléans et y présente deux expositions : une de photographie de land art et une autre en commun avec Cathy Lachance.

Maéva Bochin s’est installée sur l’île d’Orléans avec femme et enfant, bien décidée à voir où l’immersion dans l’hiver et la culture québécoise la mènerait. «Je suis devenue une pro de la babiche!» constate-t-elle. Continuant un travail de land art baptisé Coco Nature et amorcé il y a cinq ans en Nouvelle-Calédonie, l’artiste a placé un peu partout sur l’île une clé rouge, fait de demie-noix de coco, puis l’a photographiée dans le paysage. Chez elle, la démarche visait à dénoncer toutes les clôtures et mesures de sécurité qui interdisent l’accès à des parties de son île. Au Québec, plusieurs propriétaires se sont surtout montrés curieux en la voyant disposer ce qu’ils croyaient être des pommes sur la neige blanche.

On peut voir ce corpus jusqu’au 30 juin au Parc maritime du Saint-Laurent, dans l’exposition photographique D’une île à l’autre.

Outre sillonner l’île en raquette, cette résidence a été l’occasion de travailler auprès d’une artiste locale, Cathy Lachance. Pendant que celle-ci travaillait avec les noix de coco, Maéva Bochin a sculpté de l’hêtre et de l’érable et a peint sur toile, un luxe qu’elle n’a pas souvent à la maison, où elle travaille avec des éléments de la nature et des matériaux récupérés. Elle ramène dans ses bagages, outre plusieurs expressions québécoises qu’elle compte exploiter dans une prochaine série d’œuvres, des étiquettes et des bouteilles. «Il a vraiment une diversité ici, côté consommation, que je trouve parfois excessive par rapport à chez nous», souligne-t-elle.

Vue de l’exposition «Antipodes», à l’atelier-galerie de Cathy Lachance jusqu’au 3 juillet

Jusqu’au 3 juillet, Antipodes, qui mixe des œuvres de Bochin et Lachance, est présentée à l’atelier de Cathy Lachance. Les deux artistes se mettront ensuite à la recherche de financement pour que la Québécoise puisse aller en Nouvelle-Calédonie.