Annie Baillargeon devant ses oeuvres Les fingales (à gauche) et Les fantaisies, 2 des 10 tableaux exposés à la Galerie 3.
Annie Baillargeon devant ses oeuvres Les fingales (à gauche) et Les fantaisies, 2 des 10 tableaux exposés à la Galerie 3.

Les confettis sauvages d'Annie Baillargeon

Josianne Desloges
Collaboration spéciale
Annie Baillargeon a longtemps eu deux pratiques séparées : une en performance, avec le collectif Les fermières obsédées, et l'autre en photographie, où elle multipliait les corps pour en faire d'étourdissants et séduisants mandalas. L'artiste de Québec a fusionné ses deux démarches, amenant du performatif dans ses oeuvres photographiques et créant des performances plus près de l'expérimentation plastique.