Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dan Brault, <em>DUCKZ</em>, de la série <em>Doodles</em>, acrylique, aquarelle et tempera sur papier fait à la main (coton/ lin), 11” x 10”, 2020-21
Dan Brault, <em>DUCKZ</em>, de la série <em>Doodles</em>, acrylique, aquarelle et tempera sur papier fait à la main (coton/ lin), 11” x 10”, 2020-21

L'atelier-jardin de Dan Brault

Josianne Desloges
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Lorsque Dan Brault passe la porte de l’atelier de Saint-Sauveur qu’il partage avec sa douce, Cynthia Dinan-Mitchell, toutes les inquiétudes et les angoisses restent sur le seuil. Il entre dans une bulle où tout n’est que couleur et matière et les souvenirs vivaces de ses périples en nature foisonnent.

Le peintre a décidé de troquer les solvants pour une solution à base de clou de girofle, dont l’odeur épicée flotte dans l’air. Alors que notre attention se pose sur trois tableaux qui doivent faire partie d’une exposition collective sur l’abstraction, à la galerie montréalaise Laroche-Joncas en mai, une pièce de l’album Arrival de Jóhann Jóhannsson sort des haut-parleurs.

Les basses fréquences de cette musique cosmique cadrent tout à fait avec ces tableaux où Dan Brault a rassemblé ses interventions les plus brutes, sans les dessins loufoques et les personnages qui détournent habituellement l’attention et allègent le ton.

Dan Brault, <em>Guacamole</em>, de la série <em>Les boulettes</em>, acrylique, aquarelle et crayon de plomb sur Rising Museum board, 18” x 14”, 2021

Après des mois à créer sans interruption et sans activités parallèles, le sympathique peintre à la barbe rousse est visiblement heureux de nous recevoir dans son grand atelier. La conversation déborde vite de l’art, pour rapidement y revenir; visiblement nous souffrons d’une carence en contacts humains.

Au sommet de la troisième vague pandémique, son intérêt pour les jeux vidéos en ligne repose davantage sur l’ami qui se trouve au bout du casque d’écoute que sur les avancées des bonshommes sur l’écran.

Les voisins de la ruelle derrière chez lui sont devenus des présences nécessaires, avec qui il aura envie d’entretenir des liens au-delà de la pandémie. En attendant la fin des mesures sanitaires, ils rêvent de banquet, de longues discussions et d’accolades.

Dan Brault, <em>Oiseau de nuit/ Late night bird</em>, acrylique et huile sur canevas, 35” x 39”, 2021

«C’est une drôle de saison, une drôle d’année, note le peintre. Créativement, ça va bien. Je me suis permis d’aller dans toutes sortes de directions, d’essayer plein d’affaires. L’atelier est un genre de jardin, je plante un peu de tout et des choses différentes se côtoient et émergent.»

Dan Brault, <em>Les sorts du peintre / Painter’s spells</em>, acrylique et huile sur canevas, 75” x 90”, 2021

Il a dessiné pendant un mois dans ses cahiers, puis sur du carton en mixant crayons et pinceaux, traits et taches, encre et peinture (les séries Doodles et Les boulettes). Il a ensuite peint de petits paysages ovales, à l’huile, sur des supports en aluminium (ses Pochades bucoliques) et, bien sûr, des tableaux grand format au vocabulaire fourni et coloré, comme ceux qui ont fait sa renommée.

Il a même ajouté un nouvel outil à son coffre déjà bien garni. Après avoir mis à sa main la découpeuse à vinyle, l’aérographe et des techniques de sérigraphie, il a récemment fait transposer trois de ses images en tapisserie Jacquard, sur lesquelles il a ajouté des interventions de peinture. Sur ces lourds et épais supports, ses couleurs et ses figures prennent une nouvelle dimension tactile, plus ronde et texturée.

Dan Brault, <em>Songe du corbeau/ Raven’s dream</em>, acrylique sur tapisserie Jacquard, 60” x 50”, 2021

Cette production variée a investi les murs de la Galerie 3 cette semaine. Même si le commerce est fermé, les collectionneurs et amateurs d’art peuvent consulter la liste des œuvres et voir des images de l’accrochage sur son site Internet. Les portes closes ne devraient pas nuire aux acquisitions : rares sont les œuvres de Dan Brault qui ne trouvent pas rapidement preneur.

Dan Brault, <em>FIN DE JOUR (WESTERN)</em>, de la série <em>Pochades bucoliques</em>, acrylique et huile sur panneau d’aluminium, 14” x 9.5”, 2021

Penché sur ses Pochades bucoliques, Dan Brault lance qu’il avait d’abord l’intention de peindre ces petits paysages en plein air, mais que son amour de l’atelier a triomphé. «L’atelier est un univers fait pour peindre, où j’ai mes outils et mes repères. C’est un espace concret qui me permet d’aller me connecter sur mon imaginaire», explique-t-il.

Un imaginaire bien nourri de ses parties de pêche (poissons, leurres, mouches et lacs sont d’ailleurs des éléments récurrents dans ses tableaux), de ses séjours sur sa terre à bois près de la rivière Batiscan et de souvenirs de chasse à la perdrix.

«Je vois un rapport entre la chasse, la pêche et l’art, expose Dan Brault. Quand tu chasses, tu marches lentement, tu cherches, tu observes, tu fais partie de la nature. Il n’y a rien de plus complexe et de plus magnifique que ça. Moi, mon église, c’est la forêt.»

Dan Brault, <em>LA PENTE AU CHALET</em>, de la série <em>Pochades bucoliques</em>, acrylique et huile sur panneau d’aluminium, 14” x 9.5”, 2021

Après s’être documenté sur leur alimentation, leur habitat, leurs habitudes, l’amateur de bonne chère cuisine ses prises. Tout cela s’inscrit dans un grand cycle et dans la volonté de trouver sa place dans l’univers qui nous entoure.

Au-delà des éléments de la faune et de la flore reconnaissables dans ses œuvres, «c’est dans ce foisonnement, cette énergie de la nature, ce drumbeat très bas, comme une espèce de vibration, que se trouve pour moi le lien avec mon travail.»

Vue de l’atelier de Dan Brault, dans Saint-Sauveur

Si la nature a horreur du vide, les tableaux de Dan Brault se déploient avec la même densité que la forêt laurentienne et le même éclectisme organisé qu’un sous-bois où chaque feuille cache une petite colonie.

Vivement les beaux jours et le retour des expositions!

Info : www.lagalerie3.com ou en écrivant à info@lagalerie3.com