La conservatrice du Musée régional de Rimouski, Ève De Garie-Lamanque, entourée de Jean-François Bélisle et Anne-Marie St-Jean Aubre du Musée d’art de Joliette.
La conservatrice du Musée régional de Rimouski, Ève De Garie-Lamanque, entourée de Jean-François Bélisle et Anne-Marie St-Jean Aubre du Musée d’art de Joliette.

Jin-me Yoon: la photo comme quête identitaire

RIMOUSKI — Jusqu’au 31 mai, le Musée régional de Rimouski présente l’exposition «Ici ailleurs d’autres spectres» de Jin-me Yoon, photographe de Vancouver originaire de Corée du Sud. D’abord présentée à Joliette et à Saint-Jérôme, l’exposition a été revue en fonction de sa diffusion à Rimouski. Même si l’artiste de 60 ans cumule près de 30 ans de pratique et qu’elle est considérée comme une sommité au Canada, il s’agit de sa première exposition rétrospective bilan présentée au pays.

«Jin-me Yoon est une artiste photographe qui a émigré au Canada en 1968 à l’âge de 8 ans, indique le directeur général et conservateur en chef du Musée d’art de Joliette, Jean-François Bélisle. C’est une photographe extrêmement importante sur la scène canadienne. C’est quelqu’un qui nous intéressait énormément depuis des années. On a commencé à travailler là-dessus il y a environ trois ans.»

Proposée en deux volets, la rétrospective n’est pas chronologique, mais plutôt thématique. Elle a été créée en fonction des préoccupations de l’artiste qui gravitent autour de son bagage coréen, de son expérience migratoire et de sa réalité canadienne. 

Avec la collaboration de la conservatrice du Musée régional de Rimouski, Ève De Garie-Lamanque, la commissaire de l’exposition a procédé à une sélection des œuvres guidée par la résonance avec les particularités de la région. «Ève a réfléchi à savoir quel projet pouvait le plus parler au public de Rimouski dans le corpus global de l’artiste», explique Anne-Marie St-Jean Aubre. 

Les deux sélections d’œuvres mettent en valeur des concepts liés à l’eau et au littoral, comme autant de références à la situation géographique de Rimouski.

Selon la conservatrice en art contemporain du Musée d’art de Joliette, les enjeux qui sont les plus importants dans le travail de Yoon portent sur l’identité nationale. «Le point de départ de ses œuvres est son expérience d’émigration et la façon dont elle est perçue comme individu», décrit Mme St-Jean Aubre. Après Rimouski, l’exposition voyagera à Sherbrooke, à Rouyn-Noranda et à Ottawa.

Jin-me Yoon a poursuivi des études en arts visuels à Montréal et enseigne à l’Université Simon Fraser depuis 1992. Ses photos et ses vidéos ont été largement exposées au Canada, aux États-Unis et en Asie. Elle a été finaliste pour le prix photographique Aimia en 2009. L’artiste photographe est membre de la Société royale du Canada depuis 2018. Ses œuvres font partie de dix-sept collections publiques canadiennes et internationales, dont celles du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée royal de l’Ontario, de la Galerie d’art de Vancouver et du Musée d’art de Séoul.