<em>Vase 1</em>
<em>Vase 1</em>

Ivan Binet: faire basculer l’horizon

Josianne Desloges
Collaboration spéciale
Ivan Binet trouve depuis plus de 30 ans des manières de composer des paysages qui nous avalent, qui réinventent les toiles de grands maîtres ou qui reversent notre vision du territoire. Poursuivant sur sa lancée, il présente à la Galerie Michel Guimont plusieurs impressions au jet d’encre grand format, rassemblées sous le titre Vases communicants.

Ces paysages saisissants construits au fil de rotations, de réflexions et de collage de multitudes de photographies ont quelque chose de merveilleux. Ce sont des îles volantes, des montagnes renversées et des lacs impossibles qui semblent conduire à d’autres mondes.

L’artiste a commencé à créer sa série des Vases montagnes en 1996. Il jouait alors sur la symétrie, en utilisant le plus souvent un axe central. Deux décennies plus tard, il multiplie les axes et renverse les perspectives, créant des vortex et des masses flottantes.

«J’aime que dans ces nouvelles œuvres on prenne davantage conscience de la pesanteur du paysage, note-t-il. Les volumes d’eau et les montagnes ressemblent davantage à des objets.»

<em>Baies, suite 2</em>

Au fil de plusieurs balades en Gaspésie, en suivant toute la péninsule du fleuve Saint-Laurent, il a capturé des images d’anses et de marées. Dans deux œuvres très horizontales baptisées Baies, suites 1 et 2, il emboîte les arcs pour créer une séquence qui rappelle le mouvement des vagues. On y reconnaît notamment le rocher Percé.

Confiné volontaire dans la forêt de L’Ange-Gardien, Ivan Binet marche dans les bois chaque matin avec ses deux chiens. Quand la lumière est belle, il sort son appareil et poursuit sa cueillette d’images de plantes et de souches, entretenant patiemment une collection de possibles.

Il installera bientôt une œuvre d’art public à l’intérieur du nouveau pavillon de l’hôpital de L’Enfant-Jésus : trois grandes murales lumineuses, qui ont une parenté avec les œuvres présentées à la galerie Michel Guimont. 

<em>Vase 4</em>

Jusqu’au 15 novembre au 273, rue Saint-Paul, Québec. Info : www.galeriemichelguimont.com