Datant de 1939, la couverture du «Petit Vingtième» réalisée par Hergé montre Tintin et son fidèle Milou.

Hergé aux enchères

PARIS — Des oeuvres d’Hergé, le créateur de Tintin, dont une rare illustration crayonnée et mise en couleur par le dessinateur belge lui-même, seront proposées aux enchères à Paris jeudi et vendredi par les maisons Christie’s et Artcurial.

Parmi les œuvres mises en vente jeudi soir par Christie’s, en partenariat avec la galerie Daniel Maghen, on trouve une aquarelle exceptionnelle réalisée par Hergé pour la couverture du Petit Vingtième publié le 22 juin 1939. Cette illustration où l’on voit Tintin et son fidèle Milou est estimée entre 500 000 et 600 000 euros (de 718 000 à 934 000 $).

En novembre, une œuvre similaire avait été adjugée pour un peu plus de 775 000 $ au cours d’une vente organisée par la maison Artcurial.

La pièce proposée par Christie’s, de format carré (20,7 x 20,7 cm), représente Tintin, affamé, s’enfuyant du royaume imaginaire de Bordurie avec une flasque de vin et un pain serré contre sa poitrine. L’image telle qu’elle est ne figure pas dans l’album Le Sceptre d’Ottokar. Hergé montre ici son héros juste avant que, dans le récit, une balle tirée par ses poursuivants ne pulvérise le goulot de la bouteille qu’il emportait.

Le Sceptre d’Ottokar a été publié en feuilleton en noir et blanc (d’août 1938 à août 1939) dans les pages du Petit Vingtième, supplément hebdomadaire pour la jeunesse du journal conservateur catholique belge Le Vingtième siècle.

Les couvertures du Petit Vingtième font partie des œuvres les plus recherchées par les collectionneurs. C’est dans les pages de cet hebdomadaire, et notamment avec Le Sceptre d’Ottokar, qu’Hergé a accédé à sa pleine maturité graphique et narrative. Il travaillait seul à l’époque. Ainsi, le dessin à l’encre de Chine et la mise en couleur ne peuvent être que de sa propre main.

Parmi les autres pièces proposées par Christie’s figure également une planche originale crayonnée extraite de Coke en stock (1956). Cette planche (36,2 x 55,1 cm) est estimée entre 234 000 et 311 000 $).

Outre ces œuvres d’Hergé, Christie’s met en vente également jeudi des planches originales de grands noms de la BD dont Edgar P. Jacob, Hugo Pratt, Gotlib, Franquin...

Astro Boy

Vendredi soir, c’est la maison Artcurial qui proposera à son tour des pièces d’Hergé dont de nombreuses lithographies, sculptures et albums rares.

Parmi ses œuvres originales, on trouve une illustration à l’encre de Chine et lavis (23 x 17 cm) d’octobre 1946 représentant Tintin et Milou croulant sous le courrier des lecteurs du journal Tintin. La pièce, non signée par Hergé, est estimée entre 31 000 et 47 000 $.

Samedi matin, Artcurial mettra aux enchères d’autres œuvres de dessinateurs de BD dont Philippe Druillet, Milo Manara ou encore Moebius.

Parmi les pièces mises en vente, une planche d’Hugo Pratt extraite de Corto Maltese en Sibérie est estimée entre 62 000 et 78 000 $. Un dessin au fusain de Jacques Tardi, La gare de banlieue (138 x 249 cm) est estimée entre 109 000 et 140 000 $ et une planche d’Albert Uderzo extraite de La galère d’Obélix est estimée entre 156 000 et 202 000 $.

Mais le clou de la vente pourrait être une pièce rarissime du dessinateur de manga Osamu Tezuka (1928-1989), surnommé «le Hergé japonais», père notamment du petit robot justicier Astro Boy.

C’est justement une planche d’Astro Boy (35 x 25 cm) à l’encre de Chine et aquarelle qu’Artcurial met en vente. Cette «pièce de musée», selon la maison de vente, est estimée entre 62 000 et 93 000 $.