Hergé, au-delà de Tintin

Même s'il est fortement associé à son célèbre personnage, Hergé, c'est beaucoup plus que Tintin. Le père du légendaire reporter a aussi été amateur d'art, graphiste publicitaire, grand voyageur. Autant de facettes que promet de faire découvrir Hergé à Québec, déjà annoncée comme l'expo de l'été dans la capitale.
«Vous ne lirez plus jamais Tintin de la même façon», a lancé le directeur général du Musée de la civilisation, Stéphan La Roche. L'institution de la rue Dalhousie sera la première en Amérique du Nord à présenter du 21 juin au 22 octobre l'exposition qui est passée par Paris, Genève et Londres.
Hergé à Québec retracera en 300 oeuvres et objets la vie et la carrière du Belge Georges Rémi, alias Hergé. L'exposition sera construite de façon «rétrochronologique» en neuf zones distinctes.
«On part de la mort de Georges Rémi en 1983 pour se rendre à sa naissance en 1907.  Tintin aura une place majeure, bien sûr, mais ce sera aussi Jo, Zette et Jocko, Quick et Flupke, le Petit Vingtième», énumère M. La Roche. On y verra des oeuvres originales, des planches, extraits de films et photographies.
Un collectionneur d'art contemporain
Lui-même a dit avoir découvert grâce à cette exposition un aspect méconnu du père de Tintin : à quel point Hergé était amateur et collectionneur d'art contemporain. L'exposition fera la part belle à l'intérêt d'Hergé pour les Roy Lichtenstein, Jean Dubuffet et autres Andy Warhol, promet le directeur du Musée. Dans les quelques documents présentés aux journalistes jeudi, on voit d'ailleurs une photo de Georges Rémi avec le roi du pop art en 1977. 
Déjà, Hergé à Québec est annoncée comme l'exposition de l'été à Québec. «Je suis convaincu qu'elle attirera les foules tant du Québec que de l'extérieur», a dit le maire de Québec, Régis Labeaume.
<i>Les Aventures de Tintin reporter du «Petit Vingtième» au pays des Soviets</i>. Couverture inédite 1930
Patience et négo pour un «coup fumant»
«Un coup fumant», a dit le ministre de la Culture Luc Fortin en parlant de l'exposition Hergé à Québec. Expression immédiatement reprise par le maire Régis Labeaume qui n'a cessé de féliciter le Musée de la Civilisation pour avoir déniché cette expo. Il faut dire que l'héritage du créateur de Tintin est gardé jalousement. «Les ayant droit de Georges Rémi, une fondation et Moulinsart qui gèrent les droits sont très attentifs à préserver l'image de marque de ce grand créateur», a expliqué le directeur général du Musée de la Civilisation, Stéphan La Roche. Mais la patience a fini par payer. «Ç'a pris des mois de négociations, mais avec la patience et la persévérance on arrive à signer de grandes ententes internationales comme celle-là», a-t-il expliqué. L'institution de Québec a inspiré confiance, aussi. «On avait déjà présenté l'exposition Au Pérou avec Tintin en 2007 alors ils savaient qu'on avait l'expertise, ce qui a mis les gens de Moulinsart en confiance.»
Des figurines de Tintin
Un million spécial du gouvernement
Le Musée de la Civilisation touche un montant spécial de 1 million $ pour amener l'exposition Hergé à Québec. Cette somme annoncée jeudi vient de la Mesure d'aide financière à l'intention des musées d'État pour des expositions internationales majeures. Ce programme est lui-même contenu dans l'Entente de développement culturel entre le ministère de la Culture et la Ville de Québec. Bref, un million, ça semble beaucoup, mais l'exposition coûte «beaucoup plus cher», admet le directeur général du Musée, Stéphan La Roche. «Mais ce ne serait pas possible de la réaliser sans une aide additionnelle comme celle-là.» Le montant peut s'appliquer sur tout ce que comporte la tenue d'une grande exposition : droits, transport des oeuvres, montage, assurances, alouette.
Boutique complètement Tintin
L'univers d'Hergé et de Tintin se décline dans une foule de produits dérivés, et les collectionneurs seront bien servis à la boutique du Musée de la civilisation de juin à octobre. «La boutique du Musée proposera la plus grande collection de produits de Tintin en vente dans un seul lieu. Une première au Canada», a indiqué jeudi le directeur général Stéphan La Roche. Il a aussi précisé qu'au-delà de l'exposition de 300 pièces sur la vie et l'oeuvre d'Hergé, une programmation spéciale, culturelle et éducative, sera élaborée autour de cette exposition majeure.
Luc Fortin, ministre de la Culture du Québec, et Stéphan La Roche, directeur général du Musée de la Civilisation
Hergé vu par...
«La première bande dessinée qu'on m'offert est Tintin en Amérique. Elle m'a été offerte par ma mère qui était une fan de Tintin. Elle m'a transmis cette passion et j'essaye de la transmettre à mes enfants. Ils sont encore un peu jeunes, mais peut-être que l'exposition de cet été va aider.»
- Luc Fortin, ministre de la Culture du Québec
«Tintin a été extrêmement important dans ma vie. J'ai encore tous les albums et je les lis régulièrement. Quand j'ai eu une mauvaise journée, je me sors un album et ça me réconforte.»
- Stéphan La Roche, directeur général du Musée de la Civilisation 
«Hergé, ça traverse le siècle. Il est parmi les grands de ce monde avec les Uderzo, Goscinny. Un grand bonhomme. Ce que le Musée de la civilisation fait, c'est un exploit.»
- Régis Labeaume, maire de Québec