La Maison Jean-Baptiste-Chevalier, située à quelques pas de la traverse Québec-Lévis, demeurera fermée alors que le secteur connaîtra un été achalandé avec la venue des grands voiliers, en juillet.

Deux musées du patrimoine ferment dans le Vieux-Port

Situés au coeur du secteur touristique de Québec, le Musée de la Place-Royale et le centre d'interprétation dans la Maison Jean-Baptiste-Chevalier mettent la clé sous la porte. Le Musée de la civilisation, qui gérait les deux institutions, rapatriera leurs collections dans son bâtiment principal de la rue Dalhousie.
Le sort du centre d'interprétation de la Maison Jean-Baptiste-Chevalier est déjà scellé depuis septembre dernier tandis que le Musée de la Place-Royale - portant auparavant le nom de Centre d'interprétation - cessera ses activités en septembre 2017. 
Au ministère de la Culture et des Communications, la porte-parole Annie Legruiec explique que cette décision a été prise notamment puisque «la fréquentation est faible par rapport aux coûts d'opération». Elle rappelle que les plages d'ouvertures annuelles avaient déjà été réduites toute comme la tarification. Moins de 10 000 billets adultes étaient vendus par année pour les deux endroits.  
Pour la députée péquiste Agnès Maltais, la décision est aussi symptomatique des difficultés financières du «grand musée de Québec» à qui, dit-elle, l'on coupe les ailes parce que son budget rétrécit. Pour 2017-2018, celui-ci sera de 25,6 millions $, en diminution de près de 150 000 $ par rapport à l'année précédente. Elle regrette également la réduction du nombre de lieux où le patrimoine de Québec sera mis en valeur alors qu'il s'agit d'une attraction payante pour la ville. 
Décision arrêtée
L'éventuelle fermeture du Musée de la Place-Royale a été révélée lundi lors de l'étude des crédits budgétaires du ministère de la Culture et des Communications. Ayant eu vent de cette possibilité, la députée de Québec a posé directement la question du directeur du Musée de la civilisation, Stephan La Roche. Celui-ci a expliqué que «le Musée mène une réflexion depuis quelques mois sur la façon de mettre le mieux possible en valeur l'interprétation et l'animation du site Place-Royale», une tâche sous la responsabilité de l'institution depuis 1989. 
M. La Roche a également indiqué que «plusieurs hypothèses» étaient sur la table à cet effet dont le transfert des collections au Musée. Or, le lendemain, au ministère de la Culture, la porte-parole a fait état au Soleil d'une décision arrêtée avec l'échéance de septembre 2017. Annie Legruiec a également fait part de la fermeture du centre d'interprétation de la Maison Jean-Baptiste-Chevalier et de son transfert de propriété à la SODEC, également propriétaire des maisons Smith et Hazeur dont les locaux sont occupés par le Musée de la Place-Royale.
En catimini 
Agnès Maltais, à qui Le Soleil a appris la nouvelle, a décrié «le manque de transparence» des autorités dans ces dossiers. «Ça a été fermé sans discussion», dénonce-t-elle, décrivant les deux lieux comme «des gardiens du patrimoine». Elle parle de la Maison Jean-Baptiste-Chevalier, située à quelques pas de la traverse Québec-Lévis, comme l'un «des plus beaux édifices» de Québec qui demeurera malheureusement fermé alors que le secteur connaîtra un été particulièrement achalandé avec la venue des grands voiliers en juillet. 
La SODEC, en collaboration avec le ministère de la Culture, doit trouver une nouvelle vocation aux locaux vacants. La présidente de la coopérative quartier Petit Champlain, Pascale Moisan, a indiqué que la fermeture des musées ne suscitait pas d'inquiétude auprès des commerçants de son regroupement.
La Maison Chevalier en bref
La Maison Jean-Baptiste-Chevalier est un ensemble de quatre maisons d'inspiration française dont la première a été construite en 1683. Deux autres bâtiments s'y sont greffés à l'ouest en 1752 tandis que le quatrième a été construit en 1960. Elle a été témoin «d'une grande partie des activités commerciales et portuaires de la colonie du XVIIe au XIXe siècle», peut-on lire dans sa fiche descriptive du répertoire du patrimoine culturel du Québec. Elle est classée depuis 1956, année où elle a été acquise par le gouvernement du Québec qui l'a revendue au Musée de la civilisation pour la somme de 1 $ en 1986. Celui-ci y présentait des expositions thématiques.