Le dessin réalisé par Vincent Van Gogh qui a récemment été découvert dans la collection de la fondation d’art Van Vlissingen s’intitule La Colline de Montmartre avec carrière en pierre. Il a été réalisé en mars 1886 et a été exposé pour la première fois mardi aux Pays-Bas.

Des œuvres «oubliées» de Van Gogh et Flinck exposées pour la première fois aux Pays-Bas

LA HAYE — Des années oubliées, mais récemment redécouvertes et authentifiées, deux œuvres de Van Gogh et deux peintures de Govert Flinck, élève de Rembrandt au succès dépassant celui de son maître de leur vivant, ont été exposées pour la toute première fois mardi aux Pays-Bas.

«Un nouveau dessin de Vincent Van Gogh a été découvert dans la collection de la fondation d’art Van Vlissingen : La Colline de Montmartre avec carrière en pierre de mars 1886. C’est ce qui ressort d’une recherche approfondie menée par le musée Van Gogh, à Amsterdam, sur le sujet, le style, la technique, les matériaux utilisés et l’origine de ce dessin jusqu’ici inconnu», a fait savoir le musée Singer Laren où il est exposé.

«Pendant de nombreuses années, le dessin est resté inaperçu dans une collection privée jusqu’à ce qu’il soit amené au musée Van Gogh en 2013 pour authentification», a expliqué à l’AFP le chercheur Teio Meedendorp, qui parle d’une découverte «exceptionnelle».

Après cette découverte, un tableau intitulé La Colline de Montmartre (1886), écarté auparavant par manque de matériel de comparaison, a lui aussi été attribué à Van Gogh.


« Pendant de nombreuses années, le dessin [réalisé par Van Gogh] est resté inaperçu dans une collection privée »
Le chercheur Teio Meedendorp

D’après M. Meedendorp, les deux dessins de Montmartre «sont manifestement de la même main et apparentés en style aux dessins d’après modèle de Van Gogh qu’il a réalisés début 1886, d’abord à Anvers et ensuite à Paris dans l’atelier de (Fernand) Cormon».

«Ce sont deux œuvres remarquables qui illustrent bien à quel point il (Van Gogh) cherchait encore son propre style durant la période d’hiver-printemps 1886.» Elles représentent «une phase dans le processus d’apprentissage de l’artiste, qui s’est finalement réinventé à Paris, mais qui empruntait encore ici le chemin artistique traditionnel», a ajouté le chercheur.

Ces œuvres ont été présentées mardi au public lors de l’exposition «Impressionnisme et au-delà. Un merveilleux voyage» au musée Singer Laren. Deux peintures jusqu’alors inconnues de Govert Flinck (1615-1660) ont elles été dévoilées dans le cadre de l’exposition Ferdinand Bol et Govert Flinck — Les maîtres élèves de Rembrandt au musée d’Amsterdam.

Accrochées dans le salon d'un particulier

C’est après avoir entendu parler de l’exposition sur Govert Flinck que le propriétaire de ces toiles datant de 1654, un particulier qui les avait accrochées dans son salon, a proposé de les prêter au musée «afin que le large public puisse les voir pour la première fois depuis longtemps». Les toiles avaient été exposées pour la dernière fois dans une salle des ventes en 1894.

Si l’identité exacte du couple représenté par Flinck est encore à déterminer, «il est certain que l’homme et la femme étaient issus de la famille d’Orange, à juger de l’orange (représentée) dans la main de l’homme», a souligné le musée d’Amsterdam.