Simon Proulx et Charles Dubreuil, deux membres du groupe Les Trois Accords, qui agissent à titre d'artistes passeurs pour le 34e Festival en chanson de Petite-Vallée.

Expérience hors du commun pour Les Trois Accords à Petite-Vallée

Pour la première fois de ses 34 ans d'existence, le Festival en chanson de Petite-Vallée, en Gaspésie, accueille des artistes passeurs qui n'étaient jamais passés par le lieu. Pour les quatre membres du groupe Les Trois Accords, la surprise est plutôt agréable.
«On savait pas trop à quoi s'attendre, admet Simon Proulx en riant. On savait pas non plus de quoi on parlait quand on en parlait. Il y avait de l'anticipation. On avait hâte de vivre ça parce que ça a une très bonne réputation quand on croise d'autres artistes. On nous avait dit que c'était amusant, que c'était une sorte de retraite, un peu comme des vacances.» «C'est particulier d'être les porte-parole d'un lieu où on n'était jamais venus», ajoute Charles Dubreuil. 
Même si, sur les affiches du Festival, on voit en avant-plan la licorne se trouvant sur leur dernier album Joie d'être gai, Simon Proulx spécifie, avec l'humour qui caractérise si bien la formation musicale, que l'étrange créature ne les accompagne pas en Gaspésie. «C'est une espèce rare qui vit plus au sud», ironise-t-il. 
L'homosexualité, c'est normal
Depuis le début de l'événement, qui a commencé jeudi, c'est le spectacle de la Petite École de la chanson qui les a le plus marqués, alors que quelque 375 enfants ont interprété une dizaine de chansons de leur répertoire. «Pour moi, le moment qui m'a le plus marqué, c'est quand les kids ont interprété Joie d'être gai, souligne Charles Dubreuil. Je trouvais ça cool de voir des jeunes enfants chanter cette chanson-là. Que ce soit au premier ou au deuxième degré, ça change pas grand-chose au fait que ces kids-là, dans deux ou trois ans, il y en a 10 à 15, sinon 20 %, qui vont découvrir qu'ils sont homosexuels. D'avoir chanté ça, ça peut valider le fait que c'est normal! C'est là que j'ai réalisé toute la portée que cette chanson-là peut avoir.»
Pour sa part, Simon Proulx se dit touché et impressionné de constater combien ces enfants, venus de partout, ont travaillé fort pendant six mois pour préparer ce concert. «Je savais pas comment les remercier assez pour autant d'amour, continue-t-il. On était sans voix. On dirait que merci, c'était pas assez!»
Un spectacle qui bouge
<p>Les musiciens des Trois Accords ont enchaîné leurs grands succès samedi soir à Petite-Vallée.</p>
Le chanteur des Trois Accords, Simon Proulx, avait promis un spectacle qui bouge, samedi soir, sous le grand chapiteau de Grande-Vallée, en marge du 34e Festival en chanson. Il ne s'était pas trompé.
Incapables de demeurer assis, les quelque 800 personnes étaient debout, dansaient, sautaient ou balançaient leurs bras dans les airs. La fierté était palpable chez les gens de la place lorsque les membres du célèbre groupe ont invité une dizaine des leurs à monter sur scène pour chanter avec eux «Tout nu sur la plage»!
Les musiciens ont enchaîné leurs grands succès avec bien peu de commentaires entre chacun d'eux. Dans le fond, peut-être auraient-ils été superflus puisque le public reconnaissait leurs chansons dès les premières notes et que plusieurs entonnaient bien fort les paroles qu'ils connaissaient toutes par coeur!
Ce spectacle était issu de leur tournée Joie d'être gai. «C'est excitant de présenter ça à Grande-Vallée parce qu'on a l'impression de connaître déjà le monde, a indiqué Simon Proulx lors d'une entrevue accordée au Soleil avant leur spectacle. Ça fait trois jours qu'on croise ce monde-là. J'ai le feeling de faire un spectacle devant des gens que je connais. Ça crée une autre ambiance.»
Dimanche soir, le spectacle Hommage aux Trois Accords, pendant lequel plusieurs artistes connus et les chansonneurs de la sélection officielle interpréteront des chansons de leur répertoire, risque de leur réserver encore de belles surprises. «Je sais pas si on va s'attendre à ce qu'on pleure», se demandait le chanteur en riant.