Membres du collectif Les Reines, Noémie F. Savoie et Natalie Fontalvo sont les co-autrices de la pièce «.ES-Chapitre 1-Soi», présentée à Premier Acte.

.ES-Chapitre 1- Soi: trouver la reine en soi

Elles sont cinq jeunes comédiennes à l’aube de leur carrière. Cinq jeunes femmes qui ont décidé de plonger au plus profond d’elles-mêmes pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à leurs peurs, leurs vulnérabilités, leurs colères. De cette réflexion est né la pièce «.ES – Chapitre 1 – Soi» où le quintette explore le rapport des femmes au pouvoir.

Le titre .ES signifie la règle de l’accord des mots au féminin pluriel. Le premier chapitre est d’abord tourné vers elles, en attendant un hypothétique second, qu’on souhaite tourné vers l’autre. «Avant de conquérir une sphère plus large, il fallait passer par l’intime et régler des affaires en nous», lance Noémie F. Savoie, rencontrée dans un café de la rue Saint-Joseph, en compagnie de Natalie Fontalvo.

Avec leurs collègues Maude Boutin St-Pierre, Rosalie Cournoyer et Marie-Ève Lussier, les deux comédiennes forment le collectif Les Reines, une bande de filles déterminées qui présentent à compter de mardi le fruit de leurs cogitations sur les planches de Premier Acte.

En cette ère #MeToo, alors que la parole des femmes se libère, ébranlant du coup les fondements traditionnels des relations entre les sexes, la pièce arrive à point nommé. Les cinq autrices – elles tiennent à la féminisation du mot, qui n’a rien d’un néologisme à leurs yeux – veulent faire dans la plus grande authenticité possible.

Entre vérité et fiction, la troupe prend prétexte sur scène de l’élaboration d’un spectacle sur la thématique des femmes et du pouvoir pour susciter la réflexion. La dissidence s’installera à mi-parcours dans le processus de création. Le partage du pouvoir dans le respect des individualités n’est pas chose facile, apprendrons-nous.

Noémie F. Savoie et Natalie Fontalvo

Petites à l’intérieur

Natalie Fontalvo a jeté les bases du collectif Les Reines, en 2016. Une discussion autour d’une bière, en compagnie de sa consœur Ève-Marie Lussier a servi de bougie d’allumage. «J’ai toujours trouvé que Marie-Ève dégageait quelque chose d’incroyable sur scène. Mais le jour où elle m’a confié sa peur de se voir offrir seulement des rôles de jeune première, ç’a fait un déclic dans ma tête. Comment des femmes comme elle, aussi immenses, se sentent toute petites à l’intérieur?»

«Comment se fait-il que nos collègues masculins font des choses naturellement, qu’ils ont confiance en eux, qu’ils se trouvent bons, alors que nous sommes constamment en train de douter?», renchérit Noémie F. Savoie, 33 ans, détentrice d’un baccalauréat en linguistique et en traduction. «Je rêvais d’être comédienne depuis ma jeunesse, c’est juste que je ne me l’étais pas permis». Le doute, encore lui...

Arrivée au Québec il y a 15 ans, depuis sa Colombie natale, Natalie Fontalvo a roulé sa bosse à l’Assemblée nationale, comme conseillère en relations interparlementaires, avant d’être admise au Conservatoire de Québec. Ses fonctions politiques ont été d’une grande utilité pour mieux comprendre le rapport des femmes avec le pouvoir. «La façon d’éduquer les filles, comment la société accueille la paroles des femmes, tout cela a rapport avec le pouvoir. Aucune loi ne va changer ça. Le pouvoir, il faut aller le chercher à l’intérieur de nous.»

Faire des hommes des alliés

En cela, les deux comédiennes épousent le credo de Simone de Beauvoir voulant qu’on ne naît pas femme, mais qu’on le devient. «On enseigne aux garçons à être courageux et aux filles à être parfaites. C’est toffe...», glisse Natalie, mère d’un garçon de 17 ans.

Même si le collectif Les Reines se dit résolument féministe, il n’a jamais été question de mettre les hommes de côté. Au contraire, elles veulent en faire leurs alliés dans leur quête d’une nouvelle dynamique sociale. Trois d’entre eux ont d’ailleurs été intégrés dans l’équipe de conception.

«La pièce ne s’adresse pas qu’aux femmes. Plein d’hommes vont se retrouver dans ce qu’on dit», termine Noémie.

La pièce .ES – Chapitre 1 – Soi est présentée à Premier Acte du 21 janvier au 8 février. Une discussion avec les artistes et un.e invité.e spécial.e se tiendra après la représentation du 24 janvier.