Avec maintenant deux albums à se mettre sous la dent, 2Frères ne manquait pas de matériel pour ce spectacle conçu pour les festivals et bonifié de deux musiciens.

En famille avec 2Frères

CRITIQUE / Complicité fraternelle sur les planches, public bon enfant (il y en avait d’ailleurs plusieurs sur le site). Le baptême du Festival d’été de Québec (FEQ) de 2Frères s’est déroulé samedi dans une ambiance plutôt familiale. Pas le party du siècle, mais un moment sympathique partagé autour de chansons folk-pop radiophoniques des frangins.

Le parc de la Francophonie était bien rempli pour accueillir les refrains rassembleurs des frères Érik et Sonny Caouette. Une foule plutôt tranquille comptant des festivaliers de tous âges. Pour tout dire, on a souvent vu le Pigeonnier plus enflammé que samedi soir. Mais l’écoute était attentive et les applaudissements nourris pour cette folk-pop qui tourne beaucoup sur les ondes commerciales. 

Avec maintenant deux albums à se mettre sous la dent, le duo ne manquait pas de matériel pour ce spectacle conçu pour les festivals et bonifié de deux musiciens. Il avait devant lui un public qui connaissait visiblement les chansons : Nous autres a donné lieu à la plus belle chorale, mais Qu’est-ce que tu dirais en a aussi donné un bon exemple lors de cette soirée en crescendo. 

Quand le duo s’est éloigné de son répertoire, c’était pour mieux offrir des coups de chapeau à des musiciens qu’il admire. «On a l’habitude de rendre hommage à des artistes qui ont tapé la trail. Cette année, on en a perdu un grand», a indiqué Sonny avant un doublé saluant la mémoire Patrick Bourgeois. Donne-moi ma chance et Fais attention des BB n’ont pas raté leur effet. 

Leurs détours du côté de Journey (Don’t Stop Believin’) et de Toto (Africa, la chanson favorite d’Érik) ont aussi contribué à dégourdir la foule, juste à temps pour le succès Au sommet, qui a enfin fait taper les mains jusqu’au fond du terrain. Maudite promesse a été reprise d’une seule voix par le public dans la lueur des téléphones cellulaires, ces briquets des temps modernes ressortis au rappel pour M’aimeras-tu pareil

Il ne tenait pas la tête d’affiche, mais il était visiblement attendu, Alexandre Poulin, entrant sur la scène du Pigeonnier sous les acclamations juste avant 2Frères.

Alexandre Poulin

Il ne tenait pas la tête d’affiche, mais il était visiblement attendu, Alexandre Poulin. L’ancien enseignant devenu auteur-compositeur-interprète est entré sur la scène du Pigeonnier sous les acclamations juste avant 2Frères, dans un site fort bien rempli de festivaliers prêts à reprendre ses vers en chœur. 

«Que c’est beau, que c’est beau, que c’est beau! a lancé le musicien aux cheveux bouclés. «Je me souviens de toutes mes premières fois et comme c’est ma première fois au Festival d’été de Québec, je vais m’en souvenir toute ma vie», a ajouté celui qui a déployé pendant près d’une heure sa folk humaniste et sa galerie de personnages chansonniers. 

On a eu droit à un moment fort sympathique lorsque Poulin a accueilli 2Frères, qu’il a connus avant que leur carrière décolle, le temps d’entonner Fernand de dynamique manière. De quoi ouvrir la porte à une autre collaboration : 2Frères ont plus tard rendu la pareille à Alexandre Poulin en l’invitant à entonner avec eux 33 tours, qu’il a signée pour eux. 

Pierre-Hervé Goulet

Le festival d’été avait mandaté un talent local pour lancer ce programme 100 % québécois au parc de la Francophonie. Le Beauceron Pierre-Hervé Goulet, qui est revenu du Festival de la chanson de Petite-Vallée les bras chargés de prix, a offert une prestation aussi énergique que sympathique devant un parterre déjà plutôt bien rempli en ce début de soirée. «Je suis content d’être là, vous êtes beaucoup!» a d’ailleurs lancé l’auteur-compositeur-interprète, accompagné pour l’occasion de quatre musiciens, dont le guitariste de Caravane, Guillaume Méthot. Résultat : des chansons folk colorées à l’énergie rock… Et un très chouette début de spectacle.