Les personnages principaux du film <em>En avant</em> sont des elfes. Les références à la fantaisie sont nombreuses.
Les personnages principaux du film <em>En avant</em> sont des elfes. Les références à la fantaisie sont nombreuses.

En avant: Pixar se renouvelle à coup de baguette magique

BERLIN — La magie Pixar fait-elle toujours effet? Réponse en salles dans quelques jours. Avec En avant (Onward), son 22e film présenté en avant-première à la Berlinale, le studio d’animation défriche de nouveaux terrains, lorgnant plus vers l’univers d’Harry Potter que d’Histoire de jouets.

Contrairement aux grands succès maison, En avant est une histoire de magie qui va permettre à deux frères de revoir pendant 24 heures leur père qu’ils n’ont pas connu.

Les événements ne se déroulant pas comme prévu, Ian, le timide qui fête ses 16 ans, et Barley, le fan de jeux d’aventure, vont devoir se lancer dans une quête initiatique pour exaucer leur rêve.

Bâton magique, sort, dragons, licornes... le film ne lésine pas sur les références à l’univers de la fantaisie (les deux personnages principaux sont en outre des elfes) et évoque à certains égards un jeu de rôle, activité que ne connaissait pas du tout le réalisateur Dan Scalon.

«Heureusement qu’on a travaillé avec Pixar, il y a plein d’inconditionnels de ces jeux là-bas, ils nous ont énormément appris», a-t-il confessé en conférence de presse, aux côtés de la productrice Kori Rae, avec qui il avait déjà collaboré pour L’académie des monstres (2013).

L’histoire en revanche est la sienne : il s’est inspiré du décès de son père alors qu’il n’avait qu’un an, et son frère trois, pour le scénario.

«Je me posais plein de questions [pour savoir] comment il était. C’était la graine de l’histoire», dit-il. Et pour imaginer un scénario au potentiel aussi émotionnel, «il fallait de la magie», renchérit Kori Rae.

Le film se déroule en outre dans un univers imaginaire ultra-connecté. Rien à voir avec une critique du monde moderne, assure le duo. «C’est juste un rappel pour dire aux gens de ne pas oublier de prendre des risques, il n’y a pas de jugement de valeur.»

Sur les écrans dès le 5 mars au Québec, En avant est un gros pari pour Pixar qui avait ces derniers temps accumulé les succès avec des suites comme Les Incroyable 2 et Histoire de jouets 4, qui leur a valu un Oscar début février.

Avec ce retour à une histoire originale, le studio espère rééditer un succès à la Coco, Oscar du meilleur film d’animation 2018.