Monia Chokri porte la comédie romantique «Emma Peeters» sur ses épaules.

«Emma Peeters»: la mort vous va si bien ***

CRITIQUE / La prémisse d’«Emma Peeters» est intrigante: une jeune actrice qui décide de se suicider parce qu’elle a le sentiment de n’avoir rien accompli. Surtout si on décide d’en rire. Mais la suite, une comédie romantique prévisible et tirée par les cheveux, ne remplit pas ses promesses. Heureusement qu’il y a Monia Chokri dans le rôle principal.

Emma Peeters est donc cette actrice qui a rêvé d’être en haut de l’affiche et dont le principal fait d’armes est une pub de lessive. Un peu paumée, coincée dans un appartement minuscule avec son chat, traînant dans des ateliers de jeu avec son amie délurée Lulu (Stéphanie Crayencour) et exerçant un travail alimentaire en attendant des contrats qui ne viennent pas, la trentenaire décide d’en finir.

Les coproductions produisent parfois des situations incongrues pour les acteurs. Monia Chokri a l’avantage d’avoir joué sous la houlette du réalisateur belge David Lambert dans le très beau Je suis à toi (2014). Pas de problème d’accent ici, ça coule de source.

L’actrice québécoise, d’abord éteinte et les yeux exorbités, campe ensuite une Emma Peeters qui revient à la vie… lorsqu’elle a décidé de sa mort: le jour de son 35e anniversaire! Pour partir en beauté, elle va dans une entreprise de pompes funèbres où elle fait la rencontre d’Alex (Fabrice Adde), employé excentrique bien décidé à aider sa cliente du mieux qu’il peut… Évidemment, de gaffes en malentendus, rien ne se passe comme prévu.

Le deuxième long métrage de Nicole Falo (Get Born, 2008) présente une proposition originale, mais la relation (improbable) entre Emma et Alex manque de crédibilité, malgré des efforts évidents pour qu’on y croie. Quant au couple de coiffeurs gais, voisins d’Emma, la caricature est plus que de douteuse.

Heureusement, les dialogues à double sens, l’humour noir et la réalisation décalée viennent sauver les meubles — sans parler du jeu de Chokri, qui évolue dans un registre complètement différent des films d’auteur habituels.

Les quiproquos entre Emma et ses parents un peu nonos, sur ses réelles intentions de «partir», par exemple, sont assez savoureux. Il y a aussi les scènes avec Bernadette, une vieille actrice timbrée qui a connu ses heures de gloire, comme son interprète Andréa Ferréol, à qui Emma rend visite.

Nicole Falo a voulu rendre hommage au genre, avec de courtes saynètes qui évoquent les comédies romantiques à travers les époques — il y en a même une qui recrée le cinéma muet. C’est cute, mais d’un intérêt limité.

La cinéaste belge a choisi l’humour pour traiter de thèmes sérieux. Ça se défend. Le propos reste malheureusement trop en surface pour aspirer à marquer les esprits. Éric Moreault

AU GÉNÉRIQUE

• Cote: ***

• Titre: Emma Peeters

• Genre: comédie romantique

• Réalisatrice: Nicole Falo

• Acteurs: Monia Chokri, Fabrice Adde, Stéphanie Crayencour

• Classement: 13 ans +

• Durée: 1h30

• On aime: la présence forte de Monia Chokri. L’humour noir. Le ton décalé

• On n’aime pas: l’aspect très prévisible. Les thèmes traités en surface