Katherine Levac

Élections Canada renonce aux influenceurs pour encourager le vote des jeunes

OTTAWA — Katherine Levac, Maripier Morin, Nicolas Ouellet, Alex Nevsky et André De Grasse ne feront finalement pas partie d’une campagne nationale pour encourager les jeunes Canadiens à aller voter le 21 octobre.

Élections Canada a renoncé à son idée d’utiliser des «influenceurs» sur les médias sociaux pour persuader les jeunes Canadiens de s’inscrire sur les listes électorales.

Le directeur général des élections (DGE), Stéphane Perrault, a indiqué jeudi qu’une dernière sélection de 13 personnalités choisies pour la campagne - athlètes, «YouTubeurs» et autres vedettes de la télévision et des médias sociaux - avait révélé que certaines de leurs activités passées pourraient être considérées comme partisanes. Or, Élections Canada préfère protéger jalousement sa réputation de neutralité, a expliqué M. Perrault dans une entrevue.

Cette décision intervient après les nombreuses critiques soulevées par des députés conservateurs, qui mettaient en doute l’impartialité d’Élections Canada - ils soutenaient que toute augmentation de la participation des jeunes aux élections bénéficierait surtout aux libéraux. Le député conservateur d’Ottawa Pierre Poilievre a qualifié Élections Canada de «chien de poche» des libéraux.

M. Perrault refuse de commenter ces allégations, mais il a tout de même défendu les efforts d’Élections Canada pour persuader les jeunes de s’inscrire sur les listes - une initiative qui se poursuivra quand même, mais sans l’aide des influenceurs. «Notre rôle est d’éliminer les obstacles (au vote) pour tous les Canadiens. Or, certains groupes sont confrontés à des obstacles particuliers», a précisé M. Perrault.

Des jeunes jamais inscrits

Dans le cas des jeunes, le problème vient du fait que seulement 60 pour cent environ des 18-24 ans sont inscrits sur les listes électorales - c’est à peine 40 pour cent chez les 18-20 ans. Les électeurs non inscrits ne reçoivent pas de carton de l’électeur qui indique où aller voter. Ceux qui essaient de s’inscrire dans leur bureau de scrutin le jour des élections trouvent la procédure fastidieuse et peu conviviale.

«Nous savons que les jeunes qui votent tôt (dans la vie) ont tendance à voter toute leur vie et ceux qui ne votent pas tôt ont tendance à ne pas voter plus tard. C’est donc un effort de longue haleine: il ne s’agit pas d’une élection en particulier», soutient M. Perrault.

Quant à l’accusation selon laquelle les jeunes électeurs sont plus susceptibles de voter libéral que conservateur, le DGE précise qu’Élections Canada ne peut pas s’arrêter à ce genre de thèses. «Nous éliminons les obstacles pour les aînés, les Autochtones, sans nous demander pour qui ils votent. Nous supprimons les obstacles sur la base de preuves que ces obstacles existent bel et bien.»

«Je pense que c’est assez malsain d’emprunter cette voie: on pourrait se demander ensuite s’il est opportun d’offrir des occasions spéciales de vote pour les personnes âgées dans les établissements de soins de longue durée?»

Une campagne plus vaste sera lancée le 25 juin pour encourager les jeunes, les nouveaux Canadiens, les Autochtones ou les personnes handicapées à aller voter - leur taux de participation est généralement très inférieur à la moyenne nationale. Cette campagne comprendra une vidéo, mais M. Perrault a indiqué que le message serait transmis par des acteurs plutôt que par des célébrités influentes sur le web.