Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nouvel album de Tébeihef, <em>Extension, </em>est disponible sur toutes les plateformes d’écoute en ligne.
Le nouvel album de Tébeihef, <em>Extension, </em>est disponible sur toutes les plateformes d’écoute en ligne.

Du folk-pop à Extension: le coup de foudre de Tébeihef pour le rap

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
À peine un an après la sortie de son album folk-pop Route baroque et sa populaire chanson Soeurettes – un hommage aux sœurs Boulay, Thomas Bélair-Ferland se présente désormais sous une tout autre identité : Tébeihef. Sous ce nom, le jeune artiste de Québec nous présente Extension, son nouvel album rap qui souhaite «mettre le party dans place».

Bien qu’il ait grandi sous l’influence musicale de Patrice Michaud, Vincent Vallières, Jason Mraz et autres, l’arrivée des Dead Obies sur la scène culturelle québécoise a plongé la tête et le cœur de Thomas Bélair-Ferland dans un tout nouvel univers qu’il ne croyait pas vraiment aimer à la base.

«En 2017, je suis tombé sur une entrevue du groupe Dead Obies à Tout le monde en parle. Leur intellectualité et leur concept inspiré de Guy Debord pour "Gesamtkunstwerk", ça m’a tout de suite donné le goût d’aller voir ce qu’il y avait derrière», explique le jeune homme qui, il y a quatre ans, était un néophyte en matière de rap.

Comme tout bon coup de foudre, la passion est devenue telle que Tébeihef s’est mis à écouter tout ce qui lui tombait sous la main… jusqu’à avoir envie de créer lui-même sur ces mélodies typiques. 

«Je pense que mon côté pop-folk est un bon apport pour exporter ma musique [hip-hop] ou pour lui ajouter une touche plus radiophonique. J’ai vraiment le sentiment que je peux apporter quelque chose de différent étant donné mon bagage», estime l’auteur-compositeur-interprète.

Aux côtés de son acolyte, Félix Boivin, son «beatmaker» qui signe la musique et les arrangements sur l’album, Thomas s’est mis à jouer avec plusieurs codes (du rap, des réseaux sociaux ou des jeunes en général). En utilisant un lexique familier, beaucoup de franglais et plusieurs jeux de mots, le chanteur estime pouvoir produire une atmosphère moderne et une «rythmique différente» à ce que l’on retrouve actuellement dans l’industrie. 

Ce nouveau son lui a également permis d’expérimenter, avec sa «plume créative», de nouvelles thématiques plus générales, propres à sa génération. «Avec le folk, je tombais souvent dans une écriture plus personnelle, intime, qui se rapprochait de la mélancolie», précise-t-il.

Le chansonnier, qui se produit dans différents bars de Québec, promet donc des chansons festives, cocasses, qui ont été écrites «entre deux sets, assis sur une caisse de lait» : « Extension, c’est un album un peu écrit à l’improviste, parce que j’avais envie d’expérimenter et de m’amuser dans l’univers du rap. Mais il est aussi réfléchi.»

Il encourage d’ailleurs son public à écouter Extension au complet, du premier au dernier morceau. Pour comprendre son «axe de travail», le projet dans son entièreté, mais aussi pour se permettre de découvrir toutes les pistes de l’album, dont celles qui seraient moins «radiophoniques».

Des paroles à la réservation de salles

Bien qu’il fasse équipe avec un attaché de presse depuis peu, Thomas gère seul sa carrière.

Pour l’étudiant en communication, les noms des boîtes de production et des gérants, la mise en marché d’un album ou la production d’un spectacle ont toujours été des éléments très intéressants. 

Dès qu’il a mis le pied dans l’industrie, Thomas a pris goût à ces défis promotionnels. «C’est vrai que ça me demande beaucoup de temps, mais j’aime ça parce que, quand une demande d’entrevue ou qu’une proposition de spectacle fonctionne, je trouve ça vraiment valorisant! Je collaborerai sûrement un jour avec des gens parce qu’il est certain que ça brime parfois mon processus créatif, mais pour l’instant je trouve ça challengeant

Extension se retrouve dès maintenant sur toutes les plateformes d’écoute en ligne et sera, d’ici quelques jours, sur Bandcamp. Aucune copie physique n’est toutefois offerte pour le moment.