Margot Robbie joue le rôle d'une braqueuse dans <em>Dreamland</em>.
Margot Robbie joue le rôle d'une braqueuse dans <em>Dreamland</em>.

Dreamland: la braqueuse et le rêveur *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
CRITIQUE / Lorsqu’on regarde le générique de Dreamland, on remarque que Margot Robbie produit ce drame policier d’époque superbement filmé. Facile à comprendre : le long métrage, qui puise à la même mythologie que le célèbre Bonnie et Clyde d’Arthur Penn (1967), lui offre le rôle d’une femme indépendante et forte.

Difficile de ne pas tracer de parallèle entre les deux œuvres, situées au Texas pendant la grande dépression, où un couple acculé à la misère décide de piller des banques. À la différence du film-culte basé sur la réalité, Dreamland s’inscrit dans la fiction, deux fois plutôt qu’une, et s’intéresse plus à l’humanité de ses personnages qu’à leur violence, avec une esthétique en conséquence.

Alors que Penn misait sur des scènes et un montage qui glorifiaient les vols de Bonnie et Clyde, Miles Joris-Peyrafitte (As You Are) a plutôt opté sur de superbes images (et de bonnes idées de mise en scène), de longs plans et un rythme patient, ce qui compense une certaine prévisibilité dans le scénario de Nicolaas Zwart.

Le spectateur se doute bien de la trajectoire qu’empruntera le récit lorsque la narratrice nous présente l’histoire de son demi-frère… Eugene (Finn Cole) a 17 ans, ne s’est jamais vraiment remis du départ de son père pour le Mexique dans son enfance et voit son horizon bouché par les fréquentes tempêtes qui ruinent les récoltes de Bismarck (la terrible sécheresse du Dust Bowl, de 1931 à 1937, dans les plaines du sud états-unien).

Pour s’évader, il lit des récits policiers bas de gamme (des pulp fiction). C’est là que débarque Allison Wells (Robbie) dans sa vie. La gangster blonde, blessée, s’est réfugiée dans la grande familiale. Le cœur d’Eugene balance entre la récompense de 10 000 $ (une somme faramineuse pour l’époque) qui remettrait son foyer à flot et son désir de vivre l’aventure par procuration…

Eugene (Finn Cole) lit des récits policiers bas de gamme pour s'évader jusqu'à ce qu'Allison Wells débarque dans sa vie.

La jeune femme va rapidement prendre de l’ascendant sur cet ado romantique et naïf, qui va s’engager sur une pente glissante. Allison incarne une tentation difficile à résister, surtout pour un rêveur en quête de chimères…

Le récit de passage à l’âge adulte se transforme en road movie poursuite lorsque Eugene décide de prendre la fuite au volant de la camionnette de son beau-père…

Dreamland révèle un jeune réalisateur avec une vision cinématographique, notamment son sens du cadre, et, donc, du potentiel. Mais surtout que Margot Robbie a le talent et le charisme suffisant pour transcender le récit et river notre regard à l’écran — à la Nicole Kidman… Ce que nous avait déjà annoncé Moi, Tonya (2017) et Il était une fois… à Hollywood (2019).

Allison s'est réfugiée dans la grange de la famille d'Eugene.

Dreamland est présenté en vidéo sur demande (Apple TV, Amazon Prime Video, Google Play, etc.).

Au générique

Cote : ***
Titre : Dreamland
Genre : Drame policier
Réalisateur : Miles Joris-Peyrafitte
Acteurs : Margot Robbie, Finn Cole
Durée : 1h38