Isabelle Gagné, alias MissPixels, prend des photographies de paysages et les intègre à son robot qui remixe les images.

Deux nouvelles résidences d’artistes aux Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie

MATANE — À moins de deux mois des 9e Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie, l’événement accueille deux artistes en résidence. Jusqu’à la fin mai, Isabelle Gagné et Anne-Marie Proulx s’engagent dans un processus de création où robot informatique, paysages et occupation du territoire cohabiteront et entreront même parfois en symbiose pour donner des œuvres inédites.

Pour Isabelle Gagné, il s’agit du deuxième volet de la résidence qu’elle avait amorcée l’été dernier. Dans le cadre de son projet intitulé Stratotype digital-ien, l’artiste originaire de Mirabel crée à l’aide d’un robot informatique. «C’est un robot numérique qui recompose le paysage québécois, explique-t-elle. Dans mon travail de recherche, je prends des photographies de paysages et je les intègre à mon robot qui est sur le Web. Le robot remixe les images et les repropulse à nouveau dans le domaine public. Par exemple, si je mets une photo de la Gaspésie, le robot va aller chercher sur le Web des images qui sont morphologiquement similaires ou qui auront la même colorométrie.» L’artiste dispose d’environ 3000 images aux fins du projet. La plupart de ses photos ont été prises avec un appareil mobile.

Connue sous le sobriquet de MissPixels, Isabelle Gagné est titulaire de deux baccalauréats complétés à l’Université du Québec à Montréal, l’un en arts et l’autre en design graphique. Elle a cofondé le Mouvement art mobile, qui est un collectif de trois artistes qui promeuvent l’art mobile sous toutes ses formes. 

Premier séjour en Gaspésie

Anne-Marie Proulx en est à son premier séjour en Gaspésie. Il y a deux ans, elle avait cependant été invitée à titre de conférencière dans le cadre des Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie. «J’ai passé beaucoup de temps sur la Côte-Nord, raconte-t-elle. Je me suis intéressée à l’exploration et à la transformation, la façon dont le territoire peut être perçu comme un espace de ressources. Ça a mené à un projet appelé «Bassins versants». J’ai eu envie d’explorer le rapport que les femmes peuvent avoir avec le territoire. Je vais continuer ce projet-là et lui donner une forme propre à la Gaspésie.» Les résultats de sa résidence d’artiste seront présentés à l’été 2019.

Après avoir obtenu une maîtrise en histoire de l’art de l’Université Concordia à Montréal, Anne-Marie Proulx a entrepris un baccalauréat en arts visuels du Nova Scotia College of Art and Design d’Halifax. Ses recherches et ses œuvres ont été présentées lors de plusieurs expositions. Elle a également publié dans différents périodiques. Elle est codirectrice de VU, un centre de diffusion et de production de la photographie à Québec.

Placées sous le thème Chaos, les 9e Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie se tiendront du 15 juillet au 30 septembre. L’événement présentera 17 expositions dans 12 municipalités et 3 parcs nationaux de la péninsule mettant en valeur le travail de 16 artistes provenant d’un peu partout dans le monde. La programmation propose aussi des soirées de projection, des causeries et des performances en présence des artistes invités.