Sylvain Parent-Bédard à l'intérieur du Cube, une nouvelle salle de 80 places faites avec quatre conteneurs recyclés.

Des villages au cube pour le 20e ComediHa! [VIDÉO]

À quelques heures du coup d’envoi du 20e festival ComediHa!, une visite des deux villages qui enserrent la Grande Allée, devant le Manège militaire, nous a donné un bon aperçu de ce qui attend les festivaliers. Un troisième village a été érigé à la place D’Youville, où seront présentés les spectacles anniversaires avec des invités tels la Compagnie Créole et Gregory Charles, et une nouvelle salle, le Cube, est installée à la place de la Francophonie.

Accompagné du vice-président François Lapointe et de Jérôme Déchêne, directeur des opérations du festival, le président-fondateur de l’évènement, Sylvain Parent-Bédard a présenté les nouveaux aménagements.

Au centre de la place George-V, le volet gustatif du festival d’humour, baptisé MiHa!m, a pris de l’expansion par rapport à l’année dernière, où il prenait plutôt la forme d’un projet pilote. En s’associant avec des producteurs du Grand marché de Québec, ComediHa a élargi son offre gustative, en axant ses efforts sur les produits du terroir et les artisans locaux. Côté cocktails, les festivaliers pourront goûter des mélanges conçus spécifiquement pour le festival par les mixologues de L’Atelier et choisir eux-mêmes leurs aromates. Tables et camions de bouffe donnent des airs de grande halte-bouffe en plein air à la place publique.

«On s’est beaucoup inspiré de ce qui se fait au FRINGE d’Édimbourg», indique Sylvain Parent-Bédard. «On veut que les gens puissent se construire un parcours, avec des shows de 15, 30 ou 60 minutes et puissent chiller entre amis entre les prestations. C’est un peu comme un parcours gastronomique. On se déplace en prenant de petites bouchées d’humour.»

Une partie de l'espace Miahm et l'autobus des P'tites vites, sur la Grande-Allée

Pour éviter que les activités extérieures et les différentes petites salles se fassent concurrence sur le plan sonore, comme l’an dernier, le festival a revu la configuration du site. Le Jukebox vivant, en collaboration avec la Ligue d’improvisation musicale de Québec, a été déplacé à la place George-V, face à la Grande Allée. Le plus grand chapiteau-parapluie, qui peut accueillir 250 personnes et où se déroulent notamment les Show Mystères, a été repoussé tout près du Manège militaire, du côté de la rue des Parlementaires. Quant au Hangar, une salle de 200 places faites à partir de conteneurs recyclés, avec une partie supérieure en toile, il a été installé du côté de la rue d’Artigny. Les détenteurs des fameuses lunettes jaunes, qui servent de laissez-passer, pourront y voir Piment fort, les Shows XXX et assister à l’enregistrement de différentes balados. Les places réservées, qui représentent environ la moitié de la salle, ont déjà toutes été réservées pour celle de Mike Ward, souligne Sylvain Parent-Bédard.

Le Jukebox vivant, à la place George-V

Impro sous chapiteau

La place de la Francophonie, où étaient rassemblées les attractions plus familiales l’an dernier, accueille cette année une terrasse, le plus petit chapiteau parapluie et un nouvel espace, baptisé le Cube. Construite à partir de quatre conteneurs recyclés, la petite salle de 80 places comprend un balcon-lounge et une terrasse sur le toit. «Ça ressemble un peu au Point virgule, à Paris», compare le président-fondateur. «On voudrait utiliser cette salle transportable pour présenter des spectacles à travers le Québec.»

Le Cube, à la place de la Francophonie, vu de l'extérieur

Outre des rencontres avec des humoristes, auxquels le public pourra poser des questions, sur le coup de 17h, le Cube accueillera notamment le spectacle de marionnettes irrévérencieux, en anglais et pour public averti, de Randy Feltface. Dans le petit chapiteau, l’impro sera à l’honneur avec le Punch Club et la Ligue nationale d’improvisation. Les 200 places sont disposées autour d’une petite scène centrale, qui recrée un peu l’effet de la patinoire du jeu classique, même si les expériences proposées y seront plus éclatées.

Le petit chapiteau de 200 places, à la place de la Francophonie, qui accueille de l'impro

Sur la Grande Allée, différents jeux d’adresse permettent d’amasser des fonds pour Docteur Clown et le Fonds philanthropique Antoine. Un autobus stationné permet aussi d’assister aux P’tites vites, des spectacles de 15 minutes tout au plus que l’on peut enchaîner ou non, selon l’envie du moment. En entrant dans la Cabane ComediHa, un petit studio télé, les festivaliers pourront répondre à des questions comiques et repartir avec un montage de leur «entrevue», qu’ils pourront diffuser sur les réseaux sociaux.

Voir plus grand 

Plusieurs changements techniques augmentent l’indice de bonheur de l’équipe du ComediHa. Plusieurs bannières qui annonçaient la programmation ont été remplacées par des panneaux LED, plus écologiques, soutient Sylvain Parent-Bédard, et le festival peut utiliser le réseau électrique de la Ville et du Manège militaire plutôt que des génératrices pour éclairer et régler la température des différentes salles éphémères, qui deviennent de plus en plus confortables au fil des ans.

Avec 20 ans derrière la cravate, le ComediHa souhaite continuer de grandir, annonce Sylvain Parent-Bédard. «Nous voudrions que le MiHa!m devienne un évènement à part entière, à l’intérieur du ComediHa, un peu comme Bouffons Montréal [qui se tient pendant le festival Juste pour rire]. Les autres parcs qui bordent Grande-Allée sont aussi dans notre mire, pour agrandir encore le site.»

Les galas sont comme de coutume au Palais Montcalm et quelques spectacles sont aussi présentés à la salle Sylvain Lelièvre du cégep Limoilou et au théâtre Petit-Champlain.

Le ComediHa se poursuit jusqu’au 18 août, avec relâche lundi et mardi. Info : comedihafest.com