Des nouvelles de M, des images de Loud

Dans les archives

Il y a 10 ans, le 23 novembre 2008, paraissait ENFIN le sixième album studio de Guns N’ Roses, Chinese Democracy. On dit «enfin» parce qu’il s’agit sans doute du disque le plus long (une quinzaine d’années) et le plus coûteux (les médias avançaient à l’époque la bagatelle de 13 millions $) à avoir été produit. La raison de ce délai: la nature pour le moins perfectionniste (et caractérielle) du chanteur Axl Rose et les multiples changements d’alignements au sein de la formation. 

Alors que le titre Chinese Democracy a été confirmé par Rose en 1999, les annonces de sortie se sont multipliées au fil des ans, jusqu’à devenir matière à rigolade. En 2003, le groupe punk-rock The Offspring a réussi un irrésistible coup d’éclat en annonçant que son prochain album porterait le titre de Chinese Democracy. «You snooze you lose» («Tu dors, tu perds»), avait déclaré le chanteur Dexter Holland dans un communiqué publié… le 1er avril. Axl Rose l’avait semble-t-il mal pris avant de comprendre qu’il s’agissait d’une blague. L’interminable durée de production de l’album a fait l’objet d’un autre poisson d’avril trois ans plus tard, alors que le magazine Spin en a publié une fausse critique sous la plume du journaliste Chuck Klosterman. 

Le clip à voir: TTTTT de Loud

Actuellement en tournée en Europe, Loud continue d’assurer une présence ici en dévoilant un clip pour la pièce TTTTT (These Things They Take Time). Friand de plans-séquences, le rappeur récidive avec la collaboration du réalisateur William Fradette pour cette vidéo immortalisée en concert, avec la complicité de ses fans. 

L’extrait: M, Superchérie

Matthieu Chedid retrouve son alter ego M et lancera le 25 janvier Lettre infinie, son sixième album solo. Il en a dévoilé un dansant avant-goût avec Superchérie, premier extrait coréalisé par Thomas Bangalter de Daft Punk et sur lequel nous pouvons entendre la voix de sa fille Billie. 

Dans les écouteurs de… Margaux Sauvé (Ghostly Kisses)

«Il y a un album que j’ai dévoré dans les dernières semaines et c’est celui d’Aurora, Infections of a Different Kind. Je l’ai écouté en boucle et je vais la voir en mars. J’adore son univers. Sa voix, dans cet album-là en particulier, est magnifique. Les chansons sont pop, mais ça ne paraît pas que c’est du pop. C’est ça que j’aime beaucoup. Les arrangements, les instruments, j’aime tout! C’est un gros coup de cœur. Quand j’ai entendu ça, je me suis dit: “OK, on a encore des croûtes à manger!”»

Inédits d’entrevue: Neil Sanderson, Three Days Grace

Sur le public de Three Days Grace qui se renouvelle: «Je pense qu’il y a une part de fans qui nous écoutaient au début des années 2000 qui sont devenus parents. Maintenant, ce sont leurs enfants qui découvrent notre musique. Ça peut parfois donner le tournis de voir que nous vieillissons, mais que les gens devant nous ont toujours le même âge!»

Sur l’importance du message des chansons: «Nous avons su assez tôt dans notre parcours que nous n’allions pas écrire des chansons sur les partys, les filles et des trucs comme ça. Ce n’est pas trop le style de Three Days Grace. Nous sentions le besoin d’une connexion plus profonde avec la musique. Et nous avons trouvé que plus les chansons étaient personnelles, plus les fans se les appropriaient.»