Au moins dix autocars du Québec étaient stationnés à proximité de Graceland, la résidence du défunt chanteur, mardi.

Des centaines de Québécois en pèlerinage à Graceland

Alors qu'on célèbre le 40e anniversaire de la mort d'Elvis Presley, des centaines de Québécois se sont rendus à Memphis pour rendre hommage au King.
François Reny organise ce séjour annuel d'une semaine depuis une vingtaine d'années. Il a été surpris de constater le nombre de Québécois venus se recueillir cette année.
Il a compté au moins dix autocars du Québec stationnés à proximité de Graceland, la résidence du défunt chanteur, mardi.
«Il y avait plein de gens qui parlaient français, a-t-il déclaré en entrevue avec La Presse canadienne depuis Memphis. On était très surpris. Jamais je n'en ai vu autant que cette année.»
Francine Léonard, une des passagères d'un autocar en provenance de Québec, a Elvis pour idole depuis l'enfance. Elle a fait le «pèlerinage» pour la troisième fois en quatre ans afin de souligner le 40e anniversaire.
«C'est assez émouvant de se rendre au tombeau d'Elvis, raconte-t-elle. J'ai déposé quelques fleurs et fait une petite prière. On était en communion tous ensemble pour rendre hommage à notre idole. C'est une légende, un mythe pour l'éternité.»
C'était toutefois le premier voyage à Memphis pour Roland Lachance. L'homme de 85 ans a immortalisé le King neuf fois de son vivant alors qu'il était photographe professionnel pour des magazines à potins durant toute sa carrière.
Lors de la veillée à la chandelle, mardi soir, il a interpellé Lisa Marie Presley, la fille unique du chanteur.
«Je lui ai dit que j'avais pris des photos de sa mère et de son père», a-t-il indiqué. M. Lachance l'a ensuite photographiée à sa demande.
Intérêt grandissant
Jacques Milette, qui administre une page Facebook de fans québécois du chanteur, a remarqué que leur nombre ne fait qu'augmenter avec le passage du temps. «Les fans d'Elvis sont de tous les âges, assure-t-il. C'est comme les groupes mythiques.»
M. Millette, qui fait de la personnification d'Elvis son gagne-pain depuis 30 ans, dit voir des jeunes dans la vingtaine à ses spectacles. 
«Il n'y a pas que des cheveux blancs dans l'audience de mes spectacles, dit-il. On dirait que l'intérêt pour le King ne veut pas mourir. Elvis, ça va toujours rester».