Pendant toute la durée du Festival d’été, Alain Rhéaume troque sa dépanneuse pour son vélo et continue d’aider les gens en panne pendant les spectacles.

Dépanneur automobile... à vélo!

Depuis 2011, lors du Festival d’été de Québec (FEQ), Alain Rhéaume troque son camion pour son vélo dans le cadre de son travail. Et il a intérêt à être en bonne forme physique s’il veut éviter les courbatures.

Chaque soir, il embarque sur sa bécane avec ses 70 livres d’équipement et part à la rescousse des gens dans le besoin. M. Rhéaume est un employé de CAA-Québec.

Durant le FEQ, il est l’unité mobile d’intervention de la basse ville et de la haute ville. En raison de l’achalandage, l’accès est plus restreint pour les camions de dépannage.

Dans sa remorque de vélo, il traîne, entre autres, ses outils et son équipement pour survolter la batterie d’une voiture en panne. Lors du spectacle des Foo Fighters, lundi soir, il a répondu à deux appels. Entre-temps, il se promène entre les sites et les stationnements.

«En étant sur place, contrairement à un camion d’intervention, j’ai beaucoup plus de facilité à circuler. Et je peux répondre plus rapidement à l’appel», explique au Soleil M. Rhéaume. «Lorsque j’arrive sur le lieu d’une panne, la réaction est souvent de me dire : ‘‘Vous êtes à vélo? Pensez-vous pouvoir quand même me dépanner ?’’ Et la réponse est presque toujours oui. Je fais tout ce qu’une remorqueuse fait sauf le remorquage», poursuit-il.

Il peut notamment déverrouiller des portes, faire de petites réparations, réparer une crevaison, livrer de l’essence et tester ou survolter une batterie. 

L’homme de 59 ans souligne aussi pouvoir venir en aide aux cyclistes. Son périmètre d’intervention va du palais de justice de Québec, en basse ville, à la côte Gilmour, en haute ville. 

CAA-Québec offre ce service lors des grands événements dans la capitale et du côté de Montréal depuis plus d’une décennie, mais il est encore méconnu des consommateurs, estime la direction. En 2017, M. Rhéaume était aussi à vélo lors des Grands voiliers.

2000 kilomètres de plus au compteur

En moyenne, durant le FEQ, l’amateur de vélo ajoute chaque année environ 2000 kilomètres à son compteur, et répond à entre «trois et cinq» appels par soir.

«Ce n’est pas énorme. Ce n’est pas beaucoup, mais les gens sont satisfaits lors des interventions et ils passent une belle soirée. C’est une belle visibilité pour l’organisation», dit-il, ne cachant pas qu’il regarde certains spectacles du coin de l’œil.

L’employé de CAA-Québec depuis 38 ans a également comme mandat de répondre aux interrogations des gens sur les produits de son employeur. 

«Je n’ai pas de difficulté pour discuter. J’aime le public», souligne celui qui enfile son manteau de pluie lors des caprices de Dame Nature. Pas question de stopper le service, à moins d’une exception.

Le reste de l’année, M. Rhéaume travaille avec un camion de service de dépannage. Il a principalement comme responsabilité de vérifier les batteries des voitures. Il est aussi pompier volontaire.