Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jerry Granelli
Jerry Granelli

Décès du batteur Jerry Granelli

Victoria Ahearn
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le batteur de jazz de Halifax Jerry Granelli, connu pour son travail dans le classique télévisé de 1965 Joyeux Noël, Charlie Brown! (A Charlie Brown Christmas), est décédé.

Son fils, le musicien J. Anthony Granelli, a déclaré que le percussionniste né à San Francisco est décédé mardi matin entouré d’amis et de soignants à son domicile de Halifax.

Il avait 80 ans.

J. Anthony Granelli, qui vit à New York, a précisé que son père avait souffert d’une hémorragie interne à la fin décembre et qu’il avait passé des mois à l’hôpital à subir des traitements qui ont révélé et exacerbé des problèmes de santé sous-jacents.

Il était à la maison depuis quelques mois et faisait des progrès constants, enseignant même la musique à un petit groupe en personne dimanche dernier, a déclaré son fils.
Jerry Granelli laisse dans le deuil ses trois enfants, qui vivent à l’extérieur du Canada, et cinq petits-enfants.

Celui qui se décrivait lui-même comme un artiste sonore a créé de la musique pour l’adaptation télévisée de la bande dessinée Peanuts de Charles Schultz, au sein du Vince Guaraldi Trio.

Tour à tour optimiste et mélancolique, avec des airs comme Christmas Time is Here et Skating, la bande originale est un incontournable de la période des Fêtes depuis cinq décennies et est intronisée au Temple de la renommée des Grammy.

Enfant prodige de la batterie, M. Granelli a joué de nombreux instruments de percussion et a fait ses débuts sur la scène jazz de San Francisco, avec des groupes vénérables tels que Sly and the Family Stone, le Denny Zeitlin Trio et le Kingston Trio. Son propre groupe de jazz a assuré la première partie pendant trois mois des spectacles du comédien Lenny Bruce et a fait une tournée à travers l’Europe avec les Grateful Dead.

M. Granelli était un improvisateur talentueux et audacieux qui aimait explorer des façons d’utiliser le son avec des groupes tels que Light Sound Dimension (LSD), qui organisait des spectacles de lumière psychédéliques.

Un des derniers

Il essayait toujours d’apprendre et de repousser les limites de ce que pouvait être la musique, a déclaré son fils, qui a enregistré plusieurs albums avec son père et a fait des tournées en Europe, au Canada et aux États-Unis avec lui.

«C’est l’un de ces artistes qui nous relient à cette époque. Il n’en reste plus beaucoup», a déclaré M. Granelli.

«Il constituait une ligne directe de l’apprentissage du jazz dans les clubs, puis de l’avant-garde, et de la musique électrique.»

M. Granelli a également parcouru le monde en tant que professeur doué, non seulement de musique, mais aussi de méditation et de bouddhisme tibétain. La religion l’a amené à Halifax en 1987, a confié son fils, notant que son père était un fidèle du professeur tibétain Chögyam Trungpa Rinpoché et l’a suivi dans la ville.

Pour M. Granelli, le bouddhisme et les arts étaient liés. Et à travers le programme Creative Music Workshop, qu’il a fondé avec son fils et organisé en collaboration avec l’Atlantic Jazz Festival, il a enseigné l’improvisation musicale, mais «aussi comment cela s’entrecroise avec les pratiques de pleine conscience», a déclaré son fils.