De retour de Los Angeles, où il travaillait sur les chansons de son album à venir, Olivier Dion est fin prêt pour monter à bord de l’aventure Danser pour gagner.

De la danse... et des chansons

Le compte à rebours est commencé : dans quelques jours, Olivier Dion prend les commandes de Danser pour gagner, sa deuxième expérience d’animation à la télé (après Mix 4, en 2014, à Vrak TV), mais sa première en direct. Non, le Sherbrookois n’est pas trop nerveux devant ce nouveau défi. Il s’amuse même de constater que, six ans après Star Académie (à l’époque, on avait souligné son manque d’aisance pour occuper physiquement la scène), il se retrouve à la barre d’une émission de danse.

« C’est incroyable! Je n’aurais même jamais cru ça à l’époque de Danse avec les stars! » appuie le chanteur qui, rappelons-le, avait participé à la version française de Dancing with the Stars en 2015, terminant au troisième rang avec sa partenaire Candice Pascal.

« Toutes ces expériences viennent de mon désir de ne pas me limiter, d’explorer de nouvelles choses, de toujours vérifier jusqu’où je peux aller. Mais pour l’instant, il n’est pas prévu que je danse à Danser pour gagner. Je me concentre sur l’animation et je laisse toute la place aux pros. »

Chaque semaine à partir du 24 janvier à V, les danseurs et danseuses (douze équipes ont été recrutées pour la première) devront, en quelques heures de répétition seulement, créer une chorégraphie spécialement pour l’émission en respectant une thématique ou un défi spécifique. Les téléspectateurs pourront voter toute la semaine pour leur équipe préférée et les deux groupes ayant obtenu le moins de votes feront face à l’élimination. Après leur prestation, les juges (Denis Bouchard, Laurence Nerbonne et Kim Gingras) devront éliminer l’une des deux équipes.

Excité de commencer

« Ce qui atténue mon stress dans l’aventure Danser pour gagner, c’est que j’ai une belle équipe derrière moi, que je connais déjà très bien », poursuit celui qui fait toujours partie des Productions J. « Ça a quelque chose de très rassurant. Je suis donc plutôt excité de commencer! » confie l’animateur, qui était encore à Los Angeles il y a trois jours, pour travailler sur son prochain album.

L’avantage d’une diffusion en direct, c’est justement qu’elle n’est pas précédée de trop longues heures de répétition ou de tournage. Même si l’on sait depuis septembre qu’Olivier animera la nouvelle émission de V, le chanteur, qui a signé avec la maison de disques Sony l’automne dernier pour un album en anglais, a pu consacrer du temps à ses chansons en gestation. Il se mouillera davantage dans l’écriture cette fois-ci, souligne-t-il.

« Beaucoup plus que pour mon premier disque. Les gens de Sony ont accès à tout un catalogue de chansons, plusieurs auteurs-compositeurs leur proposent leurs créations — j’en ai d’ailleurs reçu quelques-unes, et il y en aura très certainement sur mon album où je ne serai qu’interprète —, mais pour moi, ça n’a pas la même saveur. »

L’avantage de signer avec une importante maison de disques comme Sony, c’est l’accès à des créateurs de talent, qui peuvent faire naître une chanson rapidement. Olivier est d’abord passé par Londres, où une première rencontre avec un réalisateur anglais lui a permis d’accoucher d’une nouvelle chanson en deux jours seulement. Puis, direction Los Angeles en novembre, pour aller visiter des amis, mais le chanteur a suggéré à sa maison de disques d’en profiter pour rencontrer d’autres auteurs-compositeurs et réalisateurs établis là-bas. Il y est retourné au début du mois.

« Avec qui ça clique »

« En chanson, tout est une question de chimie. J’ai fait beaucoup de nouvelles rencontres pour trouver des gens avec qui ça clique. Aujourd’hui, je sais de plus en plus avec qui je vais faire mon album. J’ai notamment travaillé avec Jimmy Burney [Demi Lovato, Aleesia, Cliff Richard]. Généralement, après nos séances de travail, on a déjà une maquette qui ressemble presque à une version définitive. »

Olivier Dion prévoit de se consacrer totalement à Danser pour gagner pour le prochain mois, mais compte bien reprendre le collier de l’écriture avant la fin de l’émission, quitte à faire venir ses collaborateurs à Montréal. « Je ne peux pas me permettre de laisser l’album sur la glace pour dix semaines. Je ne sais pas s’il sera prêt en 2018, mais j’aimerais bien la fin de l’année. »

D’ici là, ses admirateurs pourront écouter la reprise, en version française et anglaise, d’Only You, de la chanteuse suédoise Zara Larsson. Leur duo bilingue a été lancé juste avant Noël. « Ça tourne actuellement dans toutes les radios en France et ça devrait arriver ici cet hiver. »