Le public de Plume et des Denis Drolet a eu droit à un spectacle unique, senti et bien dosé jeudi soir à la place D’Youville.

Comediha!: de Plume à Méthotman

CRITIQUE / Pendant que les Denis Drolet chantaient Plume à la place D’Youville, P-A Méthot faisait défiler les invités dans un gala où il se comparait à Elton John au Palais Montcalm. La soirée, marquée du sceau des 20 ans du ComediHa!, avait décidément une tangente musicale, déjantée à l’extérieur et plus convenue à l’intérieur.

Pourtant, le gala affichait complet (en tenant compte des billets de faveur et des gagnants de tirage), alors qu’une petite foule, qui remplissait à peine la moitié de la place D’Youville, était massée pour écouter les Denis. La température, la multitude d’autres spectacles intérieurs du ComediHa! et Limoilove, présenté le même soir à Limoilou, ont probablement joué dans l’équation.

Le public «niché» de Plume et des Denis a pourtant eu droit à un spectacle unique. Reprenant leur création d’il y a 10 ans et qui a donné l’album Chants de Plume, le duo d’humoristes a enchaîné les immortelles du père de Bobépine en les reprenant à deux voix, mordant avec joie dans les paroles.

Ils étaient entourés de cinq musiciens chevronnés (claviers, deux guitares électriques, basse, batterie), dont le guitariste Jean-Claude Marsan, qui a accompagné Plume et qui lui a inspiré La chanson de Jean-Claude. Sébastien Dubé (dit «le Denis barbu») s’accompagnait à la guitare sèche, alors que Vincent Léonard (dit «le Denis à palettes») a sorti son harmonica pour Le rock’n roll du grand flan mou.

L’hommage était senti, bien dosé, avec autant de chansons populaires que de pièces plus obscures seulement connues des connaisseurs invétérés.

Le danseur attitré des Denis Drolet, Justo-Buy My-love, est entré sur scène pour un medley de chansons de leur album éponyme et de 2D, parus au début des années 2000. On avait rangé Fantastique, Yves Corbeil et autres délirants flots d’images loufoques dans un coin oublié de notre cerveau et ce fut d’heureuses retrouvailles.

L’irrévérence des Denis Drolet et la crudité de certaines paroles de Plume n’en faisaient pas un spectacle approprié pour les oreilles sensibles, mais c’était un délice pour les férus d’humour abrasif à plusieurs degrés.

En guise d’interlude, le public a eu droit à une imitation de Patrick Bruel chantant le thème de l’émission Walking Dead et à Léopold Gibouleau chanté a cappella, qui soulignait la parenté indéniable de l’humour de Plume et des Denis.

Le party country de Guylaine Tremblay et ses invités (9 août), Le bal masqué avec la Compagnie créole (10), Les années Woodstock (14), Le grand feu de camp festif avec 2Frères (15), Karaoké extravangaza avec P-A Méthot et son band (16) et une soirée rétrospective avec Gregory Charles (17) seront aussi présentées à la place D’Youville gratuitement pour souligner l’anniversaire de l’évènement.

Soir de gala

Le premier gala du 20e anniversaire du ComediHa! était animé par P-A Méthot, à la barre de ce type de soirée pour la quatrième fois. Après la diffusion de la bande-annonce du film Rocketman, sur la vie d’Elton John, et la parodie faite par P-A Méthot (Méthotman), l’humoriste de Québec a fait son entrée vêtu d’un clinquant costume de diable à lunettes en cœurs et aux ailes de plumes. Vingt-trois choristes l’ont accompagné le temps d’un couplet comique.

Pour son monologue d’ouverture, P-A Méthot s’est fait nostalgique, en racontant ses premières jobs : de biscuit Oreo au Carnaval à technicien pendant trois ans pour Alain Morisod et Sweet People.

L’humour décousu de Dominick Léonard (qui a commencé ça avec la thématique éculée du manque de stationnements à Montréal) a introduit celui plus direct et plus surprenant de Mathieu Cyr, qui a raconté sa saga scolaire avec un TDAH et une douance. «C’est comme si, dans la tête, j’avais Steve Jobs, Einstein et Marie Curie et que celle qui prenait les décisions, c’est Caroline Néron», image-t-il.

Réal Béland continue d’innover, même après de nombreuses années de métier. Son interprétation du «coït interrompu de l’apitchoum» et du «rire Roue de fortune», mais surtout sa démonstration de bruitage de films avec un céleri a fait le travail.

L’heure avançant, nous avons dû nous sauver avant Jean-Claude Gélinas pour aller voir le spectacle Les Denis Drolet chantent Plume. Seul regret, avoir manqué le numéro de Rosalie Vaillancourt, seule femme en lice de tout le gala.

Le ComediHa! se poursuit jusqu’au 18 août.