On peut cruiser n’importe où, il faut ouvrir nos horizons», estime le faux vrai coach de vie amoureuse Alex Perron, qui présente son nouveau spectacle humoristique mardi, à Québec

Coach Alex au secours des célibataires

Puisque trouver le bon partenaire de vie semble devenu aussi difficile que décrocher le gros lot à la 6/49, Alex Perron a décidé de faire œuvre utile. Avec son nouveau spectacle «Alex, ton coach de vie amoureuse – La conférence», l’humoriste propose aux célibataires quelques conseils de son cru pour mettre toutes les chances de leur côté.

On s’en doute, c’est avec beaucoup de sarcasme et de dérision qu’il aborde la question, se transformant pour les besoins de la cause en coach de vie dans le cadre d’une «fausse vraie conférence». Les meilleurs trucs pour rencontrer quelqu’un, à quels endroits, quoi faire lors de la première date, comment rédiger son profil sur un site de rencontres, autant de sujets traités par notre gourou de l’amour.

«J’ai packagé mon show comme un vrai show de coach de vie. J’en ai regardé des tonnes sur Internet, autant des coachs américains que québécois, explique-t-il en entrevue téléphonique. Je parle au monde au “tu”, comme les vrais coachs. Je suis toujours dans le positif, jamais dans le négatif. J’ai un mauvais power point. Les gens sont obligés de faire un petit mantra. On est dans l’gros fun noir...»

Qu’on soit gai ou hétérosexuel, la quête de l’amour semble aussi ardue à notre époque Tinder. «Tout le monde est dans le même bateau. Avec les applications mobiles, on passe d’une personne à l’autre sans prendre le temps de découvrir celle en face de nous. On dirait qu’à partir du moment où il y a deux, trois choses qui font pas notre affaire, on switch à quelqu’un d’autre. Au lieu de profiter de la rencontre, on pense à celle qui s’en vient. On a l’impression qu’il y a toujours quelque chose de mieux qui nous attend.»

«Rester ouvert»

De l’avis de notre faux vrai conférencier, les célibataires doivent s’aider un tant soit peu. «La clé de l’affaire, c’est de rester ouverts, de se donner l’opportunité de rencontrer des gens, peu importe l’endroit. À la pharmacie, ça peut aller aussi vite que sur un site de rencontres.» À la buanderie aussi, où le prétexte du délicat et complexe pliage d’un drap contour peut favoriser les rapprochements…

Même si être en couple n’est pas une fin en soi pour tout le monde, l’humoriste de 47 ans estime que l’humain demeure tout de même «un petit mammifère» qui n’est pas fait pour la vie en solo, peu importe les nouvelles déclinaisons de la vie amoureuse. «Je ne pense pas qu’il y a beaucoup de monde qui a envie de finir sa vie tout seul. On est toujours à la recherche de quelqu’un pour compléter un boutte de notre vie.» 

Lui-même célibataire depuis un moment, Alex Perron serait-il un cordonnier mal chaussé? «Je suis comme mère Teresa. En ce moment, je me consacre à l’amour des autres...» termine-t-il sur une notre d’autodérision.

Alex, ton coach de vie amoureuse – La conférence est présenté mardi, à 20h, au Théâtre Petit Champlain.