Cinéma

Claire Foy, d’Élisabeth à Lisbeth pour le nouveau «Millénium»

LOS ANGELES — Fede Alvarez, réalisateur du nouveau film de l’univers «Millénium», n’en a jamais douté: Claire Foy est aussi à l’aise dans la robe à crinoline de la reine Élisabeth que dans la combinaison de motard d’une «hackeuse» gothique.

«J’ai vu The Crown un jour, et je me suis dit: ‘‘Voilà, ça c’est Lisbeth!’’. Parce que même si ça paraît fou, les défis à relever pour jouer Élisabeth ou Lisbeth sont les mêmes», déclarait récemment à l’AFP le réalisateur uruguayen lors d’une entrevue téléphonique sur son film Millénium: ce qui ne me tue pas.

Primée aux derniers Emmy  pour son interprétation d’Élisabeth II dans la série The Crown de Netflix, Claire Foy était attendue au tournant pour ses premiers grands rôles au cinéma. Après sa prestation aux côtés de Ryan Gosling dans Le premier homme, l’actrice britannique fait son retour sur le grand écran dans la peau de Lisbeth Salander, l’héroïne de la trilogie du défunt écrivain suédois Stieg Larsson.

Élisabeth II et Lisbeth Salander «sont des personnages très semblables: ils ne peuvent pas être eux-mêmes, ils répriment leurs émotions», tranche Fede Alvarez.

«Claire Foy, quand elle essaie d’avoir l’air courageuse, on peut voir à quel point elle est vulnérable: derrière la façade, vous apercevez l’être humain véritable [...]. Endosser le costume, adopter la coupe de cheveux, tout le monde peut le faire. Mais très peu d’acteurs sont capables de jouer de cette façon», estime le réalisateur.

Certains admirateurs de la première heure pourraient lui préférer Noomi Rapace ou Rooney Mara, qui ont incarné Lisbeth Salander dans de précédentes adaptations de la trilogie Millénium au cinéma.

Cinéma

Le Clap à Loretteville: le nec plus ultra du cinéma [VIDÉO]

Quelque 3,7 millions $ ont été investis par la direction du Clap pour la construction de son complexe cinématographique de Loretteville qui ouvrira ses portes le mois prochain. Des équipements à la fine pointe de la technologie visuelle et acoustique seront déployés dans les huit salles afin de séduire les cinéphiles, de plus en plus nombreux dans la couronne nord de la capitale.

Casques de protection sur la tête, les journalistes ont eu droit à une visite du chantier, mardi avant-midi, sous la supervision du directeur général Robin Plamondon, pas peu fier de dévoiler les nombreuses particularités de l’important projet culturel. À travers le va-et-vient des ouvriers, le bruit des scies et l’odeur des matériaux neufs, difficile d’imaginer que dans un mois, le cinéma accueillera ses premiers spectateurs.

Cinéma

Michael Douglas fête en famille son étoile à Hollywood

LOS ANGELES — Michael Douglas a inauguré mardi son étoile sur le fameux boulevard des célébrités d’Hollywood à l’occasion de ses 50 ans de carrière dans l’industrie du cinéma, comme acteur mais aussi comme producteur.

Lors de cette cérémonie, Michael Douglas était flanqué d’un trio de stars internationales: son père Kirk Douglas, 101 ans, Jane Fonda, qui partageait avec lui l’affiche du film Le syndrome chinois en 1979, et sa femme Catherine Zeta-Jones.

«C’est un grand honneur. Je ne rajeunis pas et je veux le célébrer en famille», a lancé le comédien de 74 ans avant de remercier, les larmes aux yeux, son père pour sa présence. «Je vais le dire simplement, et du fond du cœur: Je suis tellement fier d’être ton fils», a-t-il dit, des sanglots dans la voix.

Jane Fonda s’est quant à elle demandé pourquoi Douglas junior avait dû attendre si longtemps pour avoir son étoile à Hollywood. «Michael Douglas et moi partageons bien plus qu’une affiche de film. Nos pères étaient tous les deux des légendes du cinéma et, heureusement, Kirk Douglas est toujours parmi nous», a-t-elle lancé. «Reprendre les affaires de famille, c’est toujours risqué. Regardez donc les Trump ou les Corleone», a plaisanté Jane Fonda.

Cinéma

«Bohemian Rhapsody» et Queen champions du box-office

LOS ANGELES - Is this the real life? «Bohemian Rhapsody», le biopic retraçant l’histoire du célébrissime chanteur Freddie Mercury et de son groupe non moins légendaire, Queen, a pris la tête du box-office nord-américain selon les premières estimations publiées dimanche par la société spécialisée Exhibitor Relations.

Réalisé par Bryan Singer (Usual Suspects, X-Men), un des plus grands noms d’Hollywood, Bohemian Rhapsody met à l’affiche l’acteur américain d’origine égyptienne Rami Malek dans le rôle de Freddie Mercury, mort du sida en 1991 à Londres.

Et avec une recette de 50 millions de dollars de recettes pour ses trois premiers jours d’exploitation, le film n’est pas prêt de s’arrêter maintenant ou de mordre la poussière.

Loin d’être sous pression, il devance largement une autre nouveauté, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, film fantastique de Disney, qui a récolté 20 millions de dollars.

Nobody’s Fool, comédie romantique afro-américaine, complète le podium avec 14 millions de dollars.

Une étoile est née, troisième remake d’un film de 1937, avec Lady Gaga en jeune chanteuse aidée par un grand chanteur joué par Bradley Cooper, occupe la quatrième place du classement avec 11,1 millions. En cinq semaines, il a récolté 165,6 millions.

Halloween, suite du classique du film d’horreur de John Carpenter, complète le Top 5 avec 11 millions de dollars pour un total de 150,4 en trois semaines.

Voici la suite du Top 10:

6- Venom: 7,8 millions de dollars (198,7,en cinq semaines d’exploitation)

7- Les abom­inables pe­tits-pieds: 3,8 millions (77,5 en six semaines)

8- Chair de poule 2 : L'halloween hantée : 3,7 millions (43,8 en quatre semaines)

9- Opéra­tion Hunter-Killer: 3,5 millions (13 en deux semaines)

10- La haine qu'on donne: 3,4 millions (23,5 cinq semaines)