Le cinéaste Xavier Dolan

Xavier Dolan retourne au Festival de Cannes

Comme prévu, Xavier Dolan obtient sa deuxième chance de remporter la prestigieuse Palme d'or avec Juste la fin du monde. Le réalisateur québécois en sera à sa sixième présence sur la Croisette (dont une comme membre du jury) à ce 69e Festival de Cannes qui fait une belle place tant aux habitués qu'à la relève avec 20 longs métrages.
<p><em>Juste la fin du monde</em>, le dernier Dolan, sera de la compétition à Cannes.</p>
Comme prévu, les Dardenne, Almodóvar, Jarmusch, Loach, Penn et Refn tenteront de se tailler une place sur le palmarès. Malheureusement, Chloé Robichaud ne fait pas partie de la sélection officielle avec Pays comme certains l'avaient pressenti.
Il n'a pas été possible de recueillir les commentaires du cinéaste de 27 ans ni de sa productrice Nancy Grant, les deux étant à Londres. Contrairement à son habitude, n'a pas réagi non plus sur Twitter. Il s'est toutefois exprimé par voie de communiqué : «Je suis très fier de présenter Juste la fin du monde à Cannes. C'est un film adapté d'une pièce française, avec des acteurs français. Le présenter en France dans le contexte de la Compétition est donc définitivement excitant.» 
Il considère que le Festival n'avait pas de fleur à lui faire et il sera là pour gagner : «La Palme d'or, c'est la médaille d'or olympique. On ne peut pas dire, on est là pour participer», a-t-il déclaré en entrevue à l'émission Puisqu'il faut se lever.
Il était écrit dans le ciel de Cannes que Dolan retournait en compétition officielle deux ans après que Mommy eut remporté le Prix du jury, ex aequo avec Adieu au langage de Jean-Luc Godard. D'abord parce qu'il est un habitué de la Croisette, où il est rapidement devenu un chouchou. Tous ses films, à l'exception de Tom à la ferme présenté à la Mostra de Venise, y ont été accueillis en première mondiale. Ensuite en raison de sa distribution toute étoile, taillée sur mesure pour le prestigieux Festival : Nathalie Baye, Vincent Cassel, Marion Cotillard, Léa Seydoux et Gaspard Ulliel, dans les rôles principaux.
Le film, tourné l'an dernier à Laval, est une adaptation de la pièce de Jean-Luc Lagarce à propos d'un jeune auteur qui revient dans sa famille pour annoncer sa mort prochaine. 
Chloé Robichaud n'a pas eu la même veine que son collègue. La cinéaste originaire de Cap-Rouge s'est rendue deux fois à Cannes (Chef de meute et Sarah préfère la course). Mais il lui reste deux chances avec la Quinzaine des réalisateurs et La semaine de la critique, qui seront annoncées plus tard. On pressent d'ailleurs que Kim Nguyen (Rebelle) y soit avec Two Lovers and a Bear.
Pas de grosse surprise en compétition cette année si ce n'est la présence d'Alain Giraudie (L'inconnu du lac) avec Rester vertical. Thierry Frémaux a concocté une programmation solide et équilibrée, avec une présence féminine toujours aussi clairsemée (trois réalisatrices).
Le délégué général du Festival de Cannes a néanmoins sélectionné des réalisateurs dont on attend beaucoup et représente une compétition relevée. Il n'a pas eu peur de choisir Pedro Almodóvar, qui a dû annuler une partie de sa promotion en Espagne à cause du scandale des Panama Papers. Le flamboyant réalisateur espagnol présentera Julieta.
Fait notable, le cinéaste indépendant Jim Jarmusch aura deux films sur la Croisette : Paterson, en compétition, et Gimme Danger en séance spéciale! Au rayon «on s'y attendait», les frères Dardenne, deux fois palmés d'or, avec La fille inconnue, ainsi que le toujours pertinent Ken Loach avec Moi, Daniel Blake.
<p>Sean Penn</p>
Outre Nicolas Winding Refn, qui revient pour une troisième fois consécutive, et les retours attendus de Sean Penn et de Bruno Dumont, on note aussi la présence du vétéran Park Chan-Wook et de Paul Verhoeven avec Elle, son film français qui met en vedette Isabelle Huppert.
Cannes, c'est aussi des absents notables : Asghar Farhadi, Pablo Larrain, Amat Escalante, Emir Kusturica, Wim Wenders...
Comme d'habitude, c'est la section Un certain regard qui obtient le gros contingent de la relève : pas moins de 7 des 17 longs métrages retenus sont des premiers films. Les réalisateurs choisis ne sont guère connus, sauf exception, comme le Japonais Hirokazu Kore-eda, un habitué de Cannes.
<p>Le réalisateur Woody Allen</p>
C'est Café Society de Woody Allen, avec Kristen Stewart, Jesse Eisenberg et Bruce Willis, qui ouvrira le bal. Ce film est présenté hors compétition, tout comme ceux de Steven Spielberg, qui montera les marches pour Le bon gros géant, et de Jodie Foster et ses acteurs Julia Roberts et George Clooney pour Money Monster.
Cannes ne serait pas le festival qu'il est sans son volet glamour : Ryan Gosling, Russell Crowe, Charlize Theron, Javier Bardem, Adam Driver, Adèle Exarchopoulos, Vincent Cassel, Adèle Haenel, Fabrice Luchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni-Tedeschi y sont attendus.
La composition du jury présidé par George Miller (Mad Max) sera dévoilée la semaine prochaine. Le 69e Festival de Cannes se tiendra du 11 au 22 mai. Le Soleil sera sur place.
Les élus
Compétition
Toni Erdmann de Maren Ade
Julieta de Pedro Almodóvar
La fille inconnue de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Personal Shopper d'Olivier Assayas
American Honey d'Andrea Arnold
Juste la fin du monde de Xavier Dolan
Ma loute de Bruno Dumont
Paterson de Jim Jarmusch
Rester vertical d'Alain Guiraudie
Mal de pierres de Nicole Garcia
I, Daniel Black de Ken Loach
Loving de Jeff Nichols
Ma Rosa de Brillante Mendoza
The Last Face de Sean Penn
Bacalaureat de Cristian Mungiu
Elle de Paul Verhoeven
The Neon Demon de Nicolas Winding Refn
Sieranevada de Cristi Puiu
Agassi de Park Chan-Wook
Aquarius de Kleber Mendonça Filho
Hors-compétition:
Le bon gros géant de Steven Spielberg
The Nice Guys de Shane Black
Goksung de Na Hong-Jin
Money Monster de Jodie Foster
Séance de minuit:
Gimme Danger de Jim Jarmusch
Bu-San-Haeng de Yeon Sang-Ho
Séance spéciale:
Le cancre de Paul Vecchiali
La mort de Louis XIV d'Albert Serra
Hissein Habré une tragédie tchadienne, de Mohamamat-Saleh Haroun
L'Ultima Spiaggia de Thanos Anastopoulos et Davide Del Degan
Un certain regard:
After the Storm de Kore-Eda Hirokazu
La tortue rouge de Michael Dudok De Wit
La Larga Noche de Francisco Márquez et Andrea Testa
The Transfiguration de Michael O'Shea
Varoonegi de Behnam Behzadi
Apprentice de Boo Junfeng
Voir du pays de Delphine Coulin et Muriel Coulin
La danseuse de Stéphanie Di Giusto
Eshtebak de Mohamed Diab
Fuchi Ni Tatsu de Fukada Kôji
Omor Shakhsiya de Maha Haj
Me'ever Laharim Vehagvaot de Eran Kolirin