Three Billboards Outside Ebbing, Missouri met en scène Frances McDormand, qui interprète une mère dévastée par la mort de sa fille et s'en prend à des policiers.

Une comédie noire récompensée au TIFF

La saison des festivals pourrait être fructueuse pour le film Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, une comédie noire qui a remporté le prix du public au Festival international du film de Toronto (TIFF), dimanche. Le dernier film du réalisateur québécois Robin Aubert a aussi été primé.
Le long métrage de Martin McDonagh, qui aborde les sujets de la vengeance et de la rédemption dans une petite ville des États-Unis, a coiffé plusieurs titres qui avaient attiré l'attention lors du festival. L'oeuvre avait déjà été récompensée pour son scénario au festival du film de Venise.
Frances McDormand, déjà lauréate d'un Oscar, devient une sérieuse prétendante pour le prix de la meilleure actrice. Dans le film, elle incarne une mère en deuil qui veut se venger du viol et du meurtre de sa fille.
«C'est une histoire qui touche les gens. C'est vraiment bien joué», a déclaré le directeur du festival, Piers Handling. «C'est dit avec un humour grinçant; on n'y va pas de main morte.»
Le deuxième lauréat dans la catégorie du choix du public est I, Tonya, une comédie noire de type documentaire satirique mettant en vedette Margot Robbie dans la peau de la patineuse artistique disgraciée Tonya Harding.
Le film de Craig Gillespie explore l'éducation misérable de Mme Harding, son ascension dans le milieu du patinage artistique, et aborde évidemment la fameuse agression survenue contre sa rivale américaine, Nancy Kerrigan.
En troisième position figure le film Call Me By Your Name, une histoire d'amour bouleversante qui se déroule dans la campagne italienne. L'oeuvre met en scène le personnage d'Elio (Thimothee Chalamet), âgé de 17 ans, qui s'amourache d'un étudiant plus vieux (Armie Hammer) qui travaille pour son père.
Le récipiendaire du prix du public au TIFF, qui reçoit une récompense de 15 000 $, connaît souvent du succès par la suite aux Oscars.
L'an dernier, c'est la comédie musicale Pour l'amour d'Hollywood qui avait remporté les faveurs du public au TIFF, avant d'obtenir 14 nominations aux Oscars quelques mois plus tard. Le film de Damien Chazelle, mettant en vedette Ryan Gosling et Emma Stone, a finalement remporté six Oscars.
Les Québécois à l'honneur
Le prix Canada Goose, assorti d'une bourse de 30 000 $, a été remis au Québécois Robin Aubert pour son nouveau long métrage de zombies, Les Affamés.
M. Aubert n'a pas pu être présent à la cérémonie, mais il a rendu hommage au réalisateur David Cronenberg dans une déclaration écrite.
Il dit être «à jamais redevable» au cinéaste légendaire, qui a prouvé selon lui que les films d'avant-garde pouvaient aussi être produits au Canada.
Robin Aubert a ajouté que «ce serait un privilège de prendre une bière» avec lui un jour.
La réalisatrice montréalaise d'origine iranienne Sadaf Foroughi a quant à elle reçu le prix découverte pour le film Ava, qui raconte l'histoire d'une adolescente iranienne tiraillée entre tradition et modernité.
«Je crois que c'est important de parler des enjeux féminins de partout dans le monde, parce que nous faisons encore face à de la discrimination basée sur le sexe», a-t-elle confié.
«J'espère vraiment que nous aurons l'égalité bientôt.»
Autres gagnants
Le prix de la Ville de Toronto, offert avec une bourse de 15 000 $, est revenu au premier long métrage de Wayne Wapeemukwa, Luk' Luk'l, un documentaire hybride qui présente cinq Vancouvérois vivant en périphérie de la ville pendant les Jeux olympiques d'hiver de 2010.
Sweet Country, de Warwick Thornton, a quant à lui reçu le prix Platform de Toronto, qui récompense les réalisateurs de partout autour du monde.
«Ce n'est pas un film facile à regarder, mais en tant qu'Aborigène et réalisateur aborigène, c'est la vérité», a-t-il expliqué. Son film se déroule en 1929 dans le nord de l'Australie.
«C'est une vérité que j'avais besoin de partager non seulement avec l'Australie, mais avec le monde entier, pour dire qu'il y a une histoire alternative, une histoire orale que nous avons transmise», a-t-il soutenu.
Le prix Midnight Madness est revenu à Bodied, de Joseph Kahn. Il était suivi de The Disaster Artist, de James Franco, et de Brawl in Cell Block 99, de Craig Zahler.
Le prix du documentaire été remis à Faces Places, d'Agnes Varda et JR. Étaient aussi en lice le documentaire sur le groupe The Tragically Hip, Long Time Running, de Jennifer Baichwal et Nicholas de Pencier, ainsi que Super Size Me 2: Holy Chicken, de Morgan Spurlock.