Tarantino à Cannes, Trogi fait sauter la banque

La réplique de la semaine

— «L’espoir, c’est comme un cancer.» Le pessimiste Nathan (François Papineau), dans Ca$h Nexu$ de François Delisle.

Premières images

Sûrement LA sortie de l’année la plus attendue pour les cinéphiles (et gros buzz avec ses 7,6 millions de vues sur YouTube depuis mercredi). Tarantino. DiCaprio. Pitt. Qui ont chacun tourné avec le célébré réalisateur Django déchaîné et Le commando des bâtards. Et Margot Robbie dans le rôle de Sharon Tate. La bande-annonce d'Il était une fois à Hollywood dépeint la vedette de la télé Rick Dalton (DiCaprio) et sa doublure et ami Cliff Booth (Pitt) qui tentent leur chance au cinéma, dans un monde en plein changement. On comprend aisément que le Festival de Cannes fasse des pieds et des mains pour en avoir la primeur mondiale. Quentin Tarantino était maniaque de cinéma et avec Palme d’or pour Pulp Fiction il y a 25 ans, une présence semble dans l’ordre des choses. Sortie prévue : 26 juillet

Gros plan

1991 de Ricardo Trogi est le film qui a obtenu les meilleures recettes au guichet dans l’ensemble du pays en 2018. Les aventures autobiographiques (romancées) du réalisateur originaire de Québec ont récolté, depuis sa sortie le 25 juillet dernier, 3 066 844 $. Ce succès lui vaut le prix Écran d’or, qui lui sera remis lors de la cérémonie des prix Écrans, le 31 mars. Ce long métrage, précédé de 1981 et 1987, mettait en vedette Jean-Karl Boucher, Juliette Gosselin et Alexandre Nachi.

Plan large

On pensait bien avoir dépassé, en 2019, les débats sur la «honte» associée à l’orientation sexuelle. Dernière controverse en date : Ammonite avec Kate Winslet. L’actrice incarne la paléontologiste Mary Anning, qui, dans le film de Francis Lee, entame une relation avec une nourrice (Saoirse Ronan). Certains membres de la famille Anning sont montés aux barricades — on ne sait pas avec certitude si la scientifique britannique était lesbienne — et les médias s’en sont mêlés. Dans une série de micromessages, le réalisateur du très beau Seule la terre, lui-même gai, a rappelé que le tournage n’était même pas commencé… Donnez-moi une chance avant de juger, a-t-il dit en substance. En effet.

En tournage

Benoît Pilon tourne Vinland depuis un mois à Montréal et en Montérégie. Avant la fin, le 17 avril, le réalisateur et son équipe passeront quelques jours dans Charlevoix. Le réalisateur d’Iqaluit et de Ce qu’il faut pour vivre compte sur une importante distribution pour ce film historique : Sébastien Ricard, Rémy Girard, François Papineau, Fabien Cloutier, Émilie Bibeau… L’action est campée à la fin des années 40 alors qu’un charismatique éducateur (Ricard) qui dérange la hiérarchie catholique entreprend de conduire des fouilles pour prouver l’établissement d’une colonie viking (le Vinland) sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Le frère Jean vise autant à résoudre une énigme historique qu’à motiver ses élèves. Intrigant. Sortie prévue : 2020.