Springsteen au cinéma, le meilleur film de la décennie

La réplique de la semaine

— «Les coups de foudre, ça n’arrive que dans les films. Pour moi, l’amour vient avec le temps.» 

Sofia (Maha Alemi) à sa cousine Lena (Sarah Perles), à propos de son mariage obligé dans Sofia de Meryem Benm’Barek.

Premières images

Le film «d’horreur/suspense» a regagné ses lettres de noblesse depuis quelques années avec plusieurs films brillants (It Follows, Get Out, Un coin tranquille, etc.). Le prochain, si on en croit les critiques favorables depuis sa présentation à Sundance, pourrait bien être The Lodge de Veronika Franz et Severin Fiala (Goodnight Mommy). Le récit des Norvégiens tourne autour de deux enfants qui passent quelques jours dans un chalet éloigné avec leur jeune belle-mère (la toujours très bonne Riley Keough) alors que le souvenir de leur mère morte est encore très vivant. La bande-annonce montre un climat anxiogène décuplé par une réalité qui nous est très familière : l’hiver... Sortie prévue : automne 2019.

Gros plan

J’ai vu quantité de films jusqu’à maintenant, mais aucun dont la prémisse m’excite autant que celle de Blinded by the Light de Gurinder Chadha (Bend It Like Beckham). Une parfaite conjonction : celle d’un jeune dont la vie est transformée, dans les années 1980, par sa découverte de la musique de Bruce Springsteen (je suis un fan fini). OK, je ne suis pas d’origine pakistanaise, mais ça me parle. D’autant que le film aborde aussi les questions d’exclusion, du racisme, des «traditions» familiales, et, surtout, de l’identité quand on est ado. Les premiers échos parlent d’un film pur bonheur. La bande-annonce m’a donné des frissons et un rush d’adrénaline. On devrait voir ça sur grand écran au mois d’août.

Arrêt sur image

Virginie Efira a eu 42 ans dimanche. Honnêtement, j’ai rarement vu une actrice avec un parcours aussi spectaculaire que celui de l’actrice belge ces dernières années. Cantonnée dans des rôles légers de comédies romantiques à ses débuts, l’animatrice de télévision a sans cesse gagné du galon. À partir du Goût des merveilles (Éric Besnard, 2015) et de Victoria (Justine Triet, 2016), Efira a enfilé les rôles plus dramatiques avec une aisance et un talent remarquables. Sa polyvalence lui permet de jouer des rôles comiques plus décalés (Le grand bain de Lellouche, Elle de Verheoven…) aussi bien que des personnages plus dramatiques où elle porte le film comme Un amour impossible de Catherine Corsini ou Continuer de Joachim Lafosse, tous deux sortis en 2019. On pourra la voir d’ici deux semaines dans le rôle-titre de Sibyl de Justine Triet, en compétition officielle pour la Palme d’or à Cannes.

Gros plan

Nous ne sommes que dans les premiers mois de 2019, mais le site britannique World of the Reel a demandé à 250 critiques, réalisateurs, directeurs de programmation, etc. une liste des meilleurs films de la décennie. Et, grosse surprise, le gagnant est… Mad Max : La route du chaos de George Miller, devant L’arbre de la vie (Malick), Moonlight (Jenkins) et Boyhood (Linklater). Il y a bien quelques couacs, mais c’est très solide (on peut consulter la liste complète). La question qui tue : vous en avez vu combien ?

Hors champ fait une petite pause pendant le festival de Cannes. De retour dans trois semaines.