Le cinéaste David Labrecque en tournage de son court-métrage «Ménage de printemps». Les candidats retenus ont dû livrer leur production en seulement huit mois.

Six cinéastes questionnent le rythme de la vie moderne avec le Projet Urgence

La vie moderne impose plus que jamais son rythme effréné. En réponse à cette tendance lourde, Spira et Antitube invitent le public à s’arrêter un moment pour découvrir le Projet collectif Urgence, où six réalisateurs proposent une réflexion sur ce thème à travers quelques courts-métrages.

L’urgence de se rapprocher de ses parents vieillissants, de s’adapter aux nouvelles technologies, de dénoncer un agresseur qui a échappé à la justice, autant de récits, qu’ils soient de fiction ou documentaires, proposés par François Dubé (A Tempo), David Labrecque (Ménage de printemps), Carole Laganière (Guillaume), Yannick Nolin (QUIK), Jeremy Peter Allen (Extinction éthique) et Josiane Roberge (À l’abri du temps).

«Chaque cinéaste a interprété le thème de façon différente, d’une façon unique, ce qui donne un programme assez diversifié, explique la directrice artistique du projet, Claudine Thériault. Il faut parfois décoder ce que le réalisateur veut dire, ce n’est pas toujours clair, d’où l’importance de venir à la soirée alors que chacun d’eux sera présent pour livrer des explications sur son film.»

Thème oblige, les six cinéastes retenus (parmi 17 candidatures) ont dû livrer leur production rapidement, en seulement huit mois. «Tout le monde se trouvait dans un sentiment d’urgence, mais avec le numérique, on peut créer vite.»

Après sa présentation à la salle Multi de Méduse, jeudi, le projet prendra la route pour une tournée de huit villes. Les films seront disponibles gratuitement sur le Web, du 30 novembre au 2 décembre.

«Pour nous, c’est aussi une façon de tester de nouvelles stratégies de diffusion et de distribution en fonction de la nouvelle réalité du Web», poursuit Claudine Thériault au sujet de la mise en ligne des films avant leur présentation dans des festivals.

«Les réalisateurs aiment que leur court-métrage soit présenté en festival. C’est ce qui leur donne la notoriété qui va les aider à obtenir du financement pour un prochain projet.» En parallèle, ajoute la directrice artistique, les festivals s’adaptent à cette nouvelle réalité, s’assurant que le film ne soit pas en ligne pendant la durée de l’événement.

Le Projet collectif Urgence sera présenté jeudi à 18h30 et à 20h30, à la salle Multi de Méduse.