Harvey Weinstein quittant le palais de justice de New York.
Harvey Weinstein quittant le palais de justice de New York.

Procès Weinstein: le jury encore divisé, le juge les renvoie délibérer

NEW YORK — Le jury du procès d’Harvey Weinstein a laissé entendre vendredi qu’il s’était accordé sur trois des cinq chefs d’accusation, mais restait divisé sur les deux restants, et le juge leur a demandé de poursuivre leurs délibérations.

En début d’après-midi, les jurés du tribunal pénal de Manhattan ont envoyé au magistrat James Burke une question écrite, demandant s’ils pouvaient s’accorder sur une partie seulement des chefs d’accusation.

Les chefs mentionnés sur lesquels il y aurait accord sont ceux concernant l’agression sexuelle présumée sur l’ancienne assistante de production Mimi Haleyi et le viol que dit avoir subi l’aspirante actrice Jessica Mann.

Les deux chefs restants constituent chacun une circonstance aggravante de comportement «prédateur». Ce sont les plus sérieux, de nature à entraîner la condamnation d’Harvey Weinstein à la perpétuité.

Le juge Burke a consulté l’accusation et la défense pour connaître leur position.

La défense d’Harvey Weinstein s’est dite favorable à un verdict partiel, mais la procureure Joan Illuzzi-Orbon a répondu que l’accusation n’était «pas (prête) à accepter» cette décision «à ce stade».

Le juge a alors rappelé le jury. «Je vais vous demander de poursuivre vos délibérations», leur a-t-il dit, après leur avoir relu le texte officiel qui explique qu’il est normal pour un jury d’avoir parfois l’impression de se retrouver dans une impasse.

Le magistrat n’a pas répondu directement à la question des jurés et ne leur a donc pas dit s’il était possible de parvenir à un verdict partiel, ce qui est pourtant une possibilité.

La question du jury est intervenue au quatrième jour des délibérations, quelques minutes avant l’heure prévue pour une suspension jusqu’à lundi.

Tout au long de la semaine, les jurés ont demandé que leur soient relus plusieurs témoignages, principalement ceux de Mimi Haleyi et de l’actrice Annabella Sciorra, qui assure avoir été violée par Harvey Weinstein durant l’hiver 1993.

Le témoignage d’Annabella Sciorra est crucial, car les chefs d’accusation de «prédateur» incluent ses allégations, pour montrer que le producteur avait un comportement récurrent.

Les jurés n’ont, en revanche, posé aucune question ou demandé aucun élément concernant Jessica Mann, qui est liée à trois chefs d’accusation et dont le témoignage, à l’audience, a été largement affaibli par la défense.

Harvey Weinstein a toujours démenti toute agression sexuelle, affirmant qu’il s’agissait de relations consensuelles.