À la recherche d’une paix intérieure, Monique (Élise Guilbault) profitera d’un road trip dans son coin de pays natal, en Ontario, pour se rapprocher de ses racines, sans nostalgie ni amertume.

Pour vivre ici: celle qui reste ***1/2

CRITIQUE / Les films de Bernard Émond occupent une place à part dans la cinématographie québécoise. À la frénésie ambiante, il oppose une zénitude et un parti-pris pour la réflexion. Avec Pour vivre ici, le cinéaste creuse encore une fois ce sillon, salutaire pour les uns, irritant pour les autres.

À travers le personnage de Monique (Élise Guilbault), ce huitième long-métrage, qui partage une certaine filiation avec sa trilogie sur les trois vertus théologales (La neuvaine, Contre toute espérance et La donation), le vétéran réalisateur donne à voir ce qui est invisible, à savoir la profondeur du désarroi de la femme après la mort d’un mari dont elle admirait l’immense bonté. Même ses deux enfants, rejetons de la mondialisation et de la course au succès, se dissimulent derrière une déplorable indifférence à son égard.

À la recherche d’une paix intérieure, Monique profitera d’un road trip dans son coin de pays natal, en Ontario, pour se rapprocher de ses racines, sans nostalgie ni amertume.

Les habitués du cinéma d’Émond se retrouveront en terrain de connaissance avec sa mise en scène dépouillée et les dialogues réduits à leur plus simple expression. Chaque plan incite au recueillement, à cette façon que plusieurs qualifieraient de surannée d’aborder de grandes questions, comme le deuil, la transmission entre les générations, la recherche d’une paix intérieure après la tempête. En toile de fond se profile également le portrait d’un Québec en pleine mutation, partagé entre tradition et modernité, entre nature et urbanité.

Dans son recueil Il y a trop d’images, Bernard Émond parlait de l’importance pour son cinéma «d’être présent au monde, à sa beauté, à sa douleur». Il y réussit ici de touchante façon.

AU GÉNÉRIQUE

Cote : *** ½

Titre : Pour vivre ici

Genre : drame

Réalisateur : Bernard Émond

Acteurs : Élise Guilbault, Sophie Desmarais, Amena Ahmad, Danny Gilmore, Marie Bernier et Claude Lemieux

Classement : général

Durée : 1h30

On aime : le rythme lent, la réflexion sur des enjeux existentiels, le jeu d’Élise Guilbault

On n’aime pas :